Les libéraux veulent rester 50 ans au pouvoir. Idrissa Seck succèdera-t-il a Macky Sall ?

Les libéraux veulent rester 50 ans au pouvoir. Idrissa Seck succèdera-t-il a Macky Sall ?
sam. 14 mai 2022, Ndèye Fatou Niang, Le Quotidien

Selon Idrissa Seck, les Libéraux travaillent à se maintenir au pouvoir pendant au moins 50 ans. Le leader de Rewmi a fait cette révélation jeudi dernier, à Thiès, dans le cadre d’une rencontre de remobilisation des troupes en direction des Législatives du 31 juillet.

Alors que le débat sur une 3ème candidature de Macky Sall n’est pas encore tranché, Idrissa Seck dessine les contours de la succession. Le leader de Rewmi est-il le cheval de Troie de Macky Sall ? Ce dernier va-t-il mettre le pied à l’étrier et tenter une candidature assez risquée ? En tout cas, la majorité actuelle ne compte pas laisser le pouvoir aussi facilement. «Le projet politique de la famille libérale, c’est de rester pendant au moins 50 ans au pouvoir. Nos objectifs sont donc assez clairs», a dit le leader de Rewmi jeudi dernier dans le huis clos d’une rencontre avec les femmes leaders, au Cyber campus de Thiès. Cette sortie n’est pas nouvelle. En effet, Me Abdoulaye Wade, au pouvoir de 2000 à 2012, a toujours théorisé le maintien des Libéraux au pouvoir au moins 50 ans. Mais, la sortie du leader de Rewmi lève un coin du voile sur les intentions de Macky Sall. La semaine dernière, le président de la République fustigeait la limitation des mandats lors d’une rencontre avec les Young leaders. « L’enjeu des Législatives, c’est la solidité du régime » Devant plusieurs têtes de listes dissidentes lors des dernières Locales, venues lui renouveler leurs engagements afin d’aller dans l’unité aux Législatives du 31 juillet 2021, l’ancien Premier ministre estime que «Bby Thiès doit tout faire pour que le Président Macky Sall sente que les Thiessois ont largement contribué à la victoire aux Législatives». Pour lui, Thiès doit mériter les stations qui seront servies après les élections. «Il faut aller vers les populations et faire face à ceux qui sont en train de tout faire pour discréditer le pouvoir. On reconnait qu’il y a des difficultés dans le pays liées au contexte économique mondial (Covid-19 et guerre en Ukraine). Mais il faut reconnaitre que le Président Macky Sall fait tout pour soulager les populations, avec les bourses familiales, les transferts cash, etc.», a-t-il ajouté. « Montrer au monde entier qu’il n’y a pas de divorce entre le Président et les populations. » Avant de poursuivre : «L’enjeu des Législatives, c’est la solidité du régime. Le Président Macky Sall est le président de l’Union africaine. Ainsi, tout ce qui se passe au Sénégal a une répercussion mondiale. Il nous faut une large victoire pour montrer au monde entier qu’il n’y a pas de divorce entre le Président Macky Sall et les populations.» Mais, Idrissa Seck considère que l’enjeu du moment, c’est de réunir toutes les forces vives. «Notre défaite aux Locales est née de la dispersion de nos forces, mais pas de l’absence de forces. La première mission, c’est de rassembler nos forces afin d’être contributeur, sinon le premier sur la liste lorsque le Président Sall consultera les performances de Bby dans chaque département », confie-t-il. Le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a rappelé son expérience pour être sur la scène politique depuis plusieurs décennies. «D’ailleurs, c’est pourquoi certains me prennent pour un dinosaure politique. En vérité, j’ai commencé la politique à l’âge de 15 ans, lorsque Me Abdoulaye Wade venait chez nous à Grand-Thiès. J’ai constaté à Thiès, un choc de leadership atomisé. C’est à la fois une force et une faiblesse. Aujourd’hui, il s’agit de voir comment manager le leadership thiessois. Car en politique, les frontières ne s’effacent jamais», dira-t-il. Il ajoute : «Si j’ai pu tenir pendant 20 ans sans sombrer, c’est parce que les Thiessois m’ont couvé. Je compte sur vous, individuellement et collectivement, pour la victoire aux Législatives du 31 juillet 2022.» S’agissant des Législatives, Idrissa Seck affirme qu’aucun «membre de la coalition présidentielle ne doit échapper à notre formation. On va dresser la liste pour être sûr qu’au moment de dérouler la stratégie, aucune identité remarquable ne nous échappe et fasse défaut. Le potentiel de chacun sera maximisé et qu’on puisse compter sur chacune et chacun de vous».