Hypocrisie sur les « droits de l’homme », les priorités de l’Occident ne sont celles du reste du monde !

Hypocrisie sur les « droits de l’homme », les priorités de l’Occident ne sont celles du reste du monde !
jeu. 11 août 2022, Maliweb

Les priorités des droits de l’homme de certains pays occidentaux ne constituent pas les véritables priorités fondamentales de certains pays du monde, plus particulièrement ceux du Sahel et de l’Asie.

L’histoire, le système social et la culture différents de chaque pays lui donnent la possibilité et la nécessité de faire son propre choix des droits de l’homme conformément à ses conditions nationales. Dans l’histoire de notre pays, une constitution de Kouroukan Fouga a clairement stipulé les notions des droits de l’homme et de la protection de la dignité de la personne humaine, ce qui est beaucoup plus ancien par rapport à beaucoup d’autres pays et bien avant celle de Paris en 1948 a déclaré Amadou Biga sur la question des droits de L’homme. Les priorités des droits l’homme de certains pays occidentaux ne constituent véritablement pas les priorités absolues et fondamentales des pays du monde. Le monde doit écouter et prendre en compte les préconisations des pays en développement pour que la définition des droits de l’homme devienne globale, plus riche et plus équilibrée. Il faut à la foi attacher de l’importance aux droits politiques et sociaux et aux droits à l’existence et au développement. Il faut non seulement prendre en compte la démocratie et la liberté, mais aussi l’équité et la justice. Les pays ont des traditions de civilisations diverses et se trouvent à différents stades de développement, et ils sont donc préoccupés par des aspects différents quant à la compréhension des droits de l’homme. C’est en fait bien normal. C’est à cause de cela que nous préconisons les échanges sur un pied d’égalité, l’apprentissage mutuel et l’inspiration réciproque entre divers pays sur les droits de l’homme d’où justement l’organisation les 20 et 21 juin dernier d’un séminaire international entre experts africains et chinois sur « le Droit à la survie et au développement, priorités des Droits de l’Homme dans les pays du Sahel » Pour les pays en développement, y compris la Chine et les pays sahéliens, les participants ont jugé nécessaires qu’il faut donner la priorité à la survie et au développement dans le but de mieux satisfaire le peuple et s’opposent au recours au « deux poids, deux mesures » pour attaquer et dénigrer d’autres pays et à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autrui sous prétexte des droits de l’homme. “Instrumentalisation des Droits de l’Homme” Amadou Biga a déclaré inopportun et illégal l’ingérence dans les affaires intérieures d’autrui sous prétexte de droits de l’homme, et aussi à l’instrumentalisation politique des droits de l’homme pour attaquer et dénigrer arbitrairement d’autres pays. Il a rappelé les propos tenus par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, S.E.M. Abdoulaye Diop sur la question lors du séminaire international qui a dénoncé « la politisation et l’instrumentalisation de la question des droits de l’Homme ainsi que l’ingérence aux affaires intérieures de nos pays par certains partenaires sous couvert des droits de l’Homme» Ainsi que les propos déclarés par l’ambassadeur de la République Populaire de Chine, S.E.M. CHEN Zhihong « Il n’existe pas un modèle universel pour les Droits de l’Homme même si les principes de la paix, du développement, de l’équité, de la justice, de la démocratie et de la liberté sont largement reconnus par la communauté internationale ». Et enfin le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux,Mamadou Kassougué, qui a déclaré que « le droit à la survie et au développement » cadre parfaitement la vision des plus hautes autorités du Mali sur la question des droits de l’homme. Amadou Biga rejoint Mme Bachelet a félicité la Chine pour ses importantes réalisations en matière de développement économique et social et de promotion de la protection des droits de l’homme. Il a salué la contribution de la Chine dans les domaines liés au développement des droits de l’homme, tel que l’appui du multilatéralisme, le financement soutenable du développement et le développement durable, la réduction de la pauvreté, le changement climatique et la protection écologique. Il attache une grande importance au rôle de la Chine et espère saisir un partenariat de long terme comme une occasion de renforcer la compréhension et la confiance mutuelles entre la chine et son pays, afin d’apporter une réponse commune aux défis mondiaux et de promouvoir conjointement le développement de la cause internationale des droits de l’homme.