Avec Macky, c’est toujours la faute des autres et jamais la sienne

Avec Macky, c’est toujours la faute des autres et jamais la sienne
jeu. 22 sept. 2022, Mor Amar

De Latif Coulibaly à Yoro Dia, en passant par Souleymane Jules Diop, Abou Abel Thiam, Mamadou Tounkara, El Hadji Hamidou Kassé, Seydou Guèye, le régime du Président Sall a toujours accusé sa communication, sanctionné les responsables, pour justifier ses ‘’échecs’’. Lors du dernier remaniement, des changements importants ont été enregistrés dans ce domaine. Décryptage avec le journaliste-chroniqueur Abdoulaye Cissé.

C’est en des termes assez pathétiques que le président de la République, Macky Sall, déplorait il y a quelques jours le déficit de reconnaissance des Sénégalais. Magnifiant ses œuvres pour Touba où les électeurs n’ont presque jamais voté pour lui, depuis 2012, le président de la République regrettait le manque d’encouragements. ‘’Quand quelqu’un travaille bien, la moindre des choses c’est de l’encourager. Cela aide à persévérer. Malheureusement au Sénégal, les gens sont très prompts à critiquer. On n’y peut rien, on l’accepte. Ce que je puis vous assurer, c’est que tout ce que je dois faire pour Touba, je continuerai à le faire. Rien ni personne ne peut le changer, parce que c’est mon devoir en tant que Président, mais aussi pour Serigne Touba’’, déclarait le Président un tantinet amer. Mais pourquoi si peu d’adhésion et d’engouement pour ‘’toutes’’ ces réalisations pour lesquelles l’auteur lui-même semble s’émerveiller et s’enorgueillir ? Est-ce un échec ou une incompétence des responsables chargés de la Communication du régime ? Serait-ce plutôt dû à une certaine ingratitude des Sénégalais ? A chaud, dans son commentaire à Touba, Macky Sall semblait plutôt pencher pour la seconde hypothèse. Mais, avec le recul, il a peut-être été amené à réfléchir sur l’autre option. C’est peut-être des défaillances au niveau de la Communication qui, du reste, a toujours été incriminée. Une chose est sûre, à la faveur du dernier remaniement ministériel, un énorme coup de balai a été apporté à la Com. présidentielle et gouvernementale. Les deux principaux meneurs, Seydou Gueye pour la Présidence, Oumar Guèye pour le Gouvernement, ont été sortis et remplacés par d’autres profils, en l’occurrence Yoro Dia pour la Présidence et Abdou Karim Fofana pour le Gouvernement. De Yoro Dia, le chroniqueur de la TFM Abdoulaye Cissé disait ceci dans son jàngat d’hier : ‘’Je serai surpris qu’il soit quelqu’un qui va au front. Il risque d’être un Goebbels –ce n’est pas méchant quand je le dis- un propagandiste. A la différence d’un El Hadji Kassé qui est plus un idéologue de la Communication, lui va se présenter en stratège ; quelqu’un qui est plus dans les intrigues. Encore une fois ce n’est vraiment pas péjoratif. La finalité pour lui est de réussir la mission qui lui a été confiée et pour laquelle il est payé. S’il réussit sa propagande, son employeur est content, peu importe la manière.’’ A en croire le journaliste de GFM, entre Seydou Gueye qui part et Yoro Dia qui arrive, il y a une nette différence, aussi bien dans le style que dans le parcours. Et la comparaison au propagandiste allemand semble loin d’être fortuite. Selon Monsieur Cissé, il va surtout ‘’essayer de faire dire…’’. Et dans ce registre, c’est surtout la presse qui a intérêt à faire attention. Le journaliste chroniqueur prévient : ‘’Dans ce rapport entre le communicant qui a un objectif et le journaliste, le communicant va toujours essayer d’établir un rapport de domination, d’avoir l’avantage dans ce rapport de force. Quitte parfois à user de moyens déloyaux pour discréditer le journaliste.’’ Un journaliste averti en vaut en tout cas plusieurs. En sus de la Présidence, le Macky Sall a aussi opéré des changements, en ce qui concerne la communication du Gouvernement. Porté jusque-là par le désormais ancien ministre des Collectivités territoriales, Oumar Guèye, dont la grande innovation avait été ‘’Le Gouvernement face à la presse’’, cette communication reposera désormais sur les épaules de l’ancien ‘’ministre des réseaux sociaux’’ Abdou Karim Fofana, dont le retour dans ce contexte est loin d’être anodin. Si Yoro Dia de la Présidence peut user de la confraternité pour avoir des entrées dans les médias, lui n’est pas journaliste mais a pu disposer de solides soutiens dans le milieu de la Presse, en plus de sa proximité avec beaucoup de figures qui jouissent d’une certaine présence les réseaux sociaux, notamment des activistes. A tel enseigne qu’à un moment, quand il était au cœur du régime, certains l’accusaient d’être le commanditaire de plusieurs faux-comptes pro-régime. Que sont devenus ces comptes et amitiés ? Va-t-il les réactiver pour faire face à la prédominance de l’opposition, particulièrement de Pastef dans les RS ? Qu’adviendra-t-il du Gouvernement face à la presse, innovation de taille de son prédécesseur et belle tribune pour vendre les réalisations du Gouvernement ? Les jours qui viennent seront à coups sûrs édifiants sur la nouvelle stratégie du Président Sall. Les raisons de l’échec Selon le jàngat d’Abdoulaye Cissé, trois raisons pourraient principalement expliquer l’échec supposé de la Communication présidentielle. Souvent, l’on accorde beaucoup d’importance sur le contenant, moins sur le contenu. ‘’Il y a des choses que même un sorcier ne saurait défendre. Or, eux, ils pensent que le communicant a l’obligation de tout faire pour que tout puisse passer comme lettre à la poste, que tout soit lisse. Si le produit n’est pas bon, il sera difficile pour le communicant de le vendre…’’, fait-il remarquer non sans préciser que la Communication n’est pas une panacée. Aussi, le journaliste avertit ceux qui pensent que la communication, c’est d’être hyper présent dans le landerneau médiatique. ‘’Certains pensent qu’ils ont réussi leur mission, quand ils parviennent à faire parler de leur client ou de ses actions partout dans les médias ; que les journalistes puissent en dire du bien. La communication est bien plus complexe que ça. Le tout n’est pas : rapport avec les médias. Dans les grandes agences, on est surtout dans le lobbying, dans les grandes publications des grands magazines… Mais ici, ça compte au nombre de clics, au nombre de Unes, d’invitations sur les plateaux…’’ Même s’il n’est pas pionnier de la pratique, Wade ayant eu son Chérif Elvalide Sèye, Macky Sall lui a donné une autre ampleur. Depuis son arrivée au pouvoir, les journalistes ont toujours été au cœur de la communication de son régime. Cela avait commencé avec Abdou Latif Coulibaly et n’avait pas toujours bien tourné. Il y a également eu Abou Abel Thiam, Souleymane Jules Diop ; Mamadou Thiam ; Mamadou Tounkara, en sus d’El Hadj Hamidou Kassé, jusqu’à Yoro Dia aujourd’hui. Seul Seydou Guèye semble avoir résisté à cette règle. Tous semblent partager ce dénominateur commun de ne pas satisfaire aux exigences de leur mentor. Du coup, le département de communication est devenu celui des plus instables. L’autre grande raison de cet échec, de l’avis du chroniqueur de la TFM, c’est la suivante : ‘’C’est difficile de porter la parole de quelqu’un avec qui on n’échange pas sur les sujets. Sur bien des questions, on n’a vraiment pas cette impression que le Président échange avec ses conseillers. On ne peut gérer convenablement la Com de quelqu’un, sans être au fait de ce qu’il veut. Nous avons des exemples patents que le PR ne partage pas… C’est le cas, par exemple, quand il s’est agi de défendre la suppression du poste de PM ; on peut également citer l’affaire Petrotim…’’. Au-delà de ‘’Goebbels’’ et du ‘’ministre des réseaux sociaux’’ qui font leur grande première dans la coordination de la communication présidentielle et gouvernementale, le chef de l’Etat pourrait également compter sur son Premier ministre réputé ‘’ami’’ des médias, mais aussi et surtout, sur sa toute nouvelle recrue, la ministre de l’Economie Oulimata Sarr, qui dispose de plusieurs amitiés chez les activistes et autres ‘’influenceurs’’. Les semaines et mois à venir vont pouvoir édifier sur le caractère gagnant ou non de la toute nouvelle tactique présidentielle.