Au nom de Macky, la justice sénégalaise veut éliminer Sonko à tout prix !

Au nom de Macky, la justice sénégalaise veut éliminer Sonko à tout prix !
ven. 20 janv. 2023, Boubacar Sall

Dossier Adji Sarr. Avons-nous été roulés dans la farine ?

La justice est un service public, elle est rendue au nom du peuple. Je ne suis pas un spécialiste du droit pénal, mais en ma qualité de citoyen sénégalais et de contribuable, je m’intéresse au fonctionnement de la justice de mon pays et aux décisions qu’elle rend en mon nom. Le Juge d’Intruction Maham Diallo vient de rendre une décision en mon nom concernant le dossier Adji Sarr / Ousmane Sonko. Après avoir réalisé son instruction à charge comme à décharge, il a décidé d’envoyer les parties au procès par devant la chambre criminelle. Mais je suis en train de me demander si le Juge d’Instruction a rendu correctement justice en mon nom, ou si j’ai été roulé dans la farine ? Voici les éléments à décharge dont nous, le peuple employeur, avons pu avoir connaissance sur la place publique, et dont dispose également le juge d’instruction : 1° L’audio authentique d’une discussion entre Adji Sarr et son Marabout MC Niasse, une audio dans laquelle elle avoue qu’il n’y a jamais eu de viol, mais juste un coup monté par Mr Mamour Diallo avec elle comme actrice qui percevra une forte récompense 2° L’audio authentique d’une discussion entre Adji Sarr et Mamour Diallo, et dans laquelle Mr Diallo lui confirme les cadeaux promis si elle parvenait jusqu’à un procès. 3° Les témoignages publics et en audition de Adji Sarr et de MC Niasse sur l’authenticité des audios 4° Aucun des occupants du lieu supposé de crime n’a confirmé l’un des viols répétitifs sur plusieurs mois dont s’est plainte Adji Sarr. Ni le couple propriétaire du salon, ni les collègues masseuses, ni les voisins 5° Le rapport médical contenu dans le PV ayant fuité infirme toute conjonction sexuelle avec violence et toute défloraison récente : « l’examen de ce jour ne retrouve pas de lésion vulvaire. Déchirure ancienne de l’hymen à 3H, 7H et 11H ». 6° Adji Sarr n’a pu produire le SMS qu’elle affirme avoir reçu du prévenu avant son arrivée pour qu’elle se prépare 7° Les déclarations du gynécologue dans lesquelles : ** Il confirme le contenu de son rapport ** Il révèle qu’il a été appelé quelques jours avant par son ex-ami avocat Me Gabi So comme pour monter un coup ** Il révèle qu’il a été contacté par Mr Mamour Diallo le jour de la consultation médicale afin qu’il change le contenu de son rapport médical. ** Il révèle que la secrétaire de son ex-ami Gabi So est venue lui remettre un sac d’argent en guise de corruption 8° L’accusé Ousmane Sonko a pu dégotter et mettre entre les mains du Juge d’Instruction le rapport d’enquête interne de la gendarmerie faisant état de falsifications opérées dans le Procès-Verbal d’enquête, des manipulations destinées à modifier les éléments à décharge et à insérer des éléments à charge 9° Le témoignage du Capitaine Seydina Oumar Touré confirmant que les accusations de viol souffraient de nombreuses contradictions, ainsi que des pressions sur sa personne pour modifier le Procès-Verbal 10° Les aveux de Adji Sarr reconnaissant qu’elle mentait lorsqu’elle affirmait avoir été engrossée par Ousmane Sonko 11° Les réquisitions téléphoniques confirmant les appels entre Mamour Diallo et Sidy Ahmed Mbaye pendant des jours avant et après le viol supposé 12° Le témoignage public, et en audition de Madame Tall confirmant que Adji Sarr mentait beaucoup et semblait être en affaires avec Sidy Ahmed Mbaye 13° D’autres éléments à décharge qu’il serait fastidieux de tous les énumérer Et voici les éléments à charge dont nous avons pu avoir connaissance sur la place publique, et dont dispose également le juge d’instruction : 1° Les accusations de Adji Sarr portées dans sa plainte 2° …….. Apparemment il n’y a rien en 2., ni après 2. Donc à ce jour aucun élément étayant la thèse du viol, voire même du rapport consentant, ne nous a été communiqué alors que la justice est rendue en notre nom. Si un Juge d’Instruction dont nous sommes l’employeur a décidé en notre nom qu’il y’avait matière à procès pour viol, alors j’ai l’impression que nous avons été roulés dans la farine par un « boulanger ».