Journal intime (28), « Valentines day »

Journal intime (28), « Valentines day »
sam. 1 oct. 2022, Journal intime, par Fatima

C’est vers une heure du matin que Binette est rentrée suivie quelques minutes plus tard de Phily. Ce sont les cris de Binette qui m’ont réveillé.

Février, le mois de l’amour. Je n’ai jamais aimé célébrer la Saint-valentin. Une fois de plus, je ne compte pas déroger à la règle cette année. Contrairement aux filles. -BINETTE : hum, Tidiane dit qu’il me prépare une surprise. Il n’a pas voulu m’en dire plus. -PHILY: “thiap léne ko dinama nekh!! Way ma fan Tidiane way.” -BINETTE: Tchiiip!! Et Isac? Qu’est-ce que vous avez prévus? -PHILY : un diner en amoureux. -MARIE : arrêtez ! Vous allez me faire pleurer. N’oubliez pas que je vis une relation à distance. Gérard ne sera pas là. C’est triste « ndeysan. » -BINETTE : Skype est là ! « défal sa rouge bou tokk nga diakarlo ak mom !! » hahaha -MARIE : c’est ça, continue de te marrer Binette. -BINETTE : Et toi Tima ? -MOI : moi quoi ? -PHILY : Malick et toi avez prévu quelque chose pour demain soir ? -MOI : parce que je sors avec Malick ? -PHILY : non, mais il te fait la cour, c’est donc normal. -MOI : lol ! Non, nous n’avons rien prévu. D’ailleurs ça fait près d’une semaine que je n’ai plus de ses nouvelles. Peut-être qu’il s’est résigné. Marie : j’aurai au moins de la compagnie. T’inquiète Tima, on va faire notre Saint-valentin à nous ici. Laisse ces deux traitresses. -PHILY : fière d’être traitresse alors !! il est hors de question que je reste ici en ce jour si spécial des amoureux. « Mbeulé ! » Le lendemain, Isac est venu prendre sa Valentine. Superbement bien habillé. Waw ! -MARIE : « wa Isac où est le rouge ? -ISAC : lool ! Marie ce sont des détails ça. Je célèbre l’amour tous les jours tu le sais. On va juste rester en amoureux ce soir. Phily elle avait opté pour une robe courte noire avec un joli nœud rouge sur le côté. A croquer je vous dis. Après ce fut au tour de Tidiane, élégamment habillé aussi. Binette a mis une jupette noire et un top rouge avec des petits poids noirs. N’oublions pas le petit sac, classe comme d’habitude. J’étais donc avec Marie. On a opté pour un film en attendant que son chéri l’appelle. Notre soirée ciné avait à peine démarré quand on frappe à la porte. C’est marie qui est allée ouvrir. J’ai tout de suite reconnu sa voix. « Salut Marie. » -MARIE : Hééé Malick « yow ! » Ça fait un bail. Ça va ? -MALICK : oui et toi ? -MARIE : ça va ! -MALICK : elle est là ma Valentine ? Hein ? C’est qui sa Valentine ? tchiiiip ! Mais j’avoue que ça m’a plus qu’il m’appelle ainsi. Woouu !! J’ai un valentin alors ? mdr ! -MARIE : oui, entre je t’en prie. -MALICK : Bonsoir chérie. Chérie ? hoho, mon beau calme tes ardeurs « way ! » -MOI : bonsoir. -MALICK : je te kidnappe ! Allez, va te changer. Si tu n’as rien de prévu bien sûr. Avant que je n’aie le temps de répondre, Marie le fait à ma place. -MARIE : elle n’a absolument rien de prévu. On regardait un film. -MALICK : cool alors. Je t’attends en bas alors. Et toi Marie ? -MARIE : mon tête à tête se passe sur Skype. -MALICK : c’est mieux que rien. Lol Il ne m’a même pas laissé la peine de lui répondre, il est descendu. -MOI : « Walay » Marie je vais te tuer. Qui te dit que j’ai envie de sortir avec lui ce soir ? -MARIE : tu me remercieras un jour. Viens je vais t’aider à te faire belle. Elle m’a filé une de ses robes rouges. Bah oui, je n’avais pas programmé de sortie donc… un léger maquillage, quelques « pich » de parfums et hop c’est parti. -MALICK : waw !! Tu es en beauté dis donc. -MOI : merci. On va où ? -MALICK : tu le sauras bientôt. Il m’a amené chez lui. « Walay » je vous jure. Le soir de la Saint- valentin, non mais vous imaginez. Il vit avec sa grande sœur et son neveu. J’étais rassurée de savoir que ses parents n’habitaient pas avec lui. Ce n’est quand même pas l’accoutrement adéquat pour les rencontrer. -MALICK : je sais que tu aurais préféré qu’on aille au resto mais on l’a fait tant de fois que c’est devenu une routine. En ce jour « spécial », je tenais à te présenter à une partie de ma famille. Il n’habite pas loin de chez Ibou. Dans le même quartier. Si ce n’est pas le hasard ça. Mais je me suis gardée de le lui dire. Il m’a présenté à sa grande sœur Maïna et son fils. Après une rupture difficile il lui a proposé de venir habiter avec lui. Adam, le garçon de Maïna a quatre ans. Un vrai bout de chou. -MAÏNA: enfin je la rencontre. La fameuse Fatima. Il ne cesse de me tympaniser à longueur de journée. Fatima par ci, Fatima par là… mdr !! « Héhé ! bamou sotti. » -MOI en fixant Malick : Ah Oui ? -MAÏNA : je t’assure. Même Adam connaît ton prénom. En tout cas je suis ravie de faire ta connaissance ma chérie. Et j’espère que tu es comme le dit mon frère. Prends soin de lui « nak », sinon « rek » tu auras affaire à moi. Lol Moh !! Et puis quoi encore ? -MOI : lool !compris. Bah oui, je n’allais quand même pas lui dire autre choses. -MAÏNA: cool ! Bon, je vous laisse. Je vais aller faire dodo moi. Avec mon Valentin Adam. Bonne fin de soirée les amoureux. Elle est allée en haut avec son fils, nous laissant seuls Malick et moi en bas. -MOI : c’était quoi ça ? -MALICK : quoi ? -MOI : tu as fait croire à ta sœur qu’on sort ensemble ? -MALICK : ce n’est pas le cas ? -MOI : non ! Absolument pas et tu le sais. J’ai été assez claire. -MALICK : moi aussi ! Bon disons alors que moi je sors avec toi, mais que toi tu en es à la réflexion. Ça te convient ? -MOI : c’est quoi cette histoire ? -MALICK : ohooo ! Ne cherche pas à comprendre. Et puis je ne veux pas me disputer ce soir. J’ai juste envie de passer une bonne soirée. Pas toi ? -MOI : … -MALICK : je prends ça pour un oui alors. Bizarrement je commençais à m’habituer à sa présence. Il est à la fois si sûr de lui et si doux, si prévenant, attentionné, protecteur et surtout drôle. On parlait de tout et de rien. Il me faisait rire. Et chose qui m’a vraiment marqué, c’est qu’il n’a rien tenté. Rien de rien je vous dis. Pourtant tout lui était favorable. Nous étions seuls, ambiance romantique, j’avais baissé ma garde. Mais non, il s’est beaucoup plus comporté en ami. Un vrai gentleman, j’aime ça. Ça m’a vraiment touché. Vu que j’avais cours le lendemain, il m’a ramené vers vingt-trois heures. -MOI : j’ai passé une bonne soirée. Merci Malick. -MALICK : tu n’as pas à me remercier voyons. C’est plutôt à moi de dire merci au Bon Dieu de t’avoir mis sur mon chemin. J’ai adoré ces moments. Le fait de te voir sourire me remplit de joie, tu ne peux pas imaginer. -MOI : faut que j’y aille. Bonne nuit. Là, j’ai pris l’initiative de lui faire un bisou, oui un bisou. Lol. Et là non plus il n’a rien tenté. Hum ! -MALICK : fais de beaux rêves. J’étais la première à rentrer. Ni Phily, ni Binette n’étaient encore là. Marie elle était toujours sur Skype. -MARIE : mon chéri Fatima est là. Merci de m’avoir tenu compagnie pendant ce temps. T’es un amour. Dès qu’elle a terminé la conversation. -MARIE : raconte, raconte, raconte. -MOI :… -MARIE : quoi ?? -MOI : je vais prendre une décision qui ne va pas vous déplaire. -MARIE : laquelle ??? Tu vas lui dire…. OUI ??? -MOI: ouais ! Et tu en auras la primeur. -MARIE : Eh Seigneur Dieu merci. Tu as raison, toi aussi tu as droit au bonheur ? Vas-y fonce. J’ai envoyé un texto à Malick. « J’ai vraiment apprécié ton comportement de tout à l‘heure. J’accepte de faire un essai. Mais je te préviens. Tu n’as droit qu’à une seule chance, pas deux. » Il faut croire que c’est le message qu’il attendait. Il m’appela sur le champ. -MALICK : dis-moi que je ne rêve pas. -MOI : tu rêves ! lol -MALICK : lool ! Je te promets que tu ne regretteras pas ton choix. Désormais mon seul but est de -faire de toi, la femme la plus heureuse et épanouie au monde. -MOI : lool ! Bon, au lit maintenant, j’ai cours moi demain. -MALICK : comme tu veux. De toute façon je sais que je ne vais pas fermer l’œil de la nuit avec cette nouvelle. Et puis je dois reprendre le boulot dans quelques heures. Je t’aime Fatima. -MOI :… -MALICK : Ne te sens pas obligée de me répondre tout de suite. Je sais. Ah ça ! Clair c’est celui que je cherchais. La team Ibou, ne m’en voulez pas, mais je ne pas attendre éternellement quelqu’un qui peut être même m’a déjà oublié. J’ai également compris que pour l’oublier, il faut que je sois avec quelqu’un d’autre. Malick semble être quelqu’un de bien, alors pourquoi ne pas essayer. Cette fois ci, j’irai « molo molo. » Je n’ai pas envie de souffrir à nouveau. C’est vers une heure du matin que Binette est rentrée suivie quelques minutes plus tard de Phily. Ce sont les cris de Binette qui m’ont réveillé. -BINETTE : AAAAAAHHHHH !! Mon Dieu qu’est ce qui se passe encore?????


Lisez toute la chronique