Journal intime (21) : Retrouvailles...

Journal intime (21) : Retrouvailles...
mer. 21 sept. 2022, Journal intime, par Fatima

Noémie est une française de 28 ans. Elle a découvert le Sénégal il y a une dizaine d’années. Chaque période de vacances elle venait à Saly avec son mari.

La grande sœur de Marie travaillait à l’hôtel où descendait le couple. Marie y venait souvent. C’est là-bas qu’elles se sont connues. Noémie : j’ai de suite été frappé par son joli visage de petite sérère et son sourire. Elle est devenue ma petite sœur. Contrairement à elle, Gérard, son meilleur ami, n’a jamais foulé le sol sénégalais auparavant. Mais il avait déjà connu Marie, à travers les photos et vidéos que Noémie avait d’elle. Il a de suite craqué pour la belle sérère, ce que Noémie a remarqué. Cette année alors, Noémie a réussi à le convaincre à l’accompagner au Sénégal, puisque son mari n’a pas pu venir à cause du boulot. Deux semaines qu’il était au Sénégal et il s’y plaisait déjà. Puisque Marie ne cessait de lui parler de nous, il a décidé de nous inviter à passer un weekend à Mbour, histoire de faire connaissance avec la fameuse « dream team », Binette, Phily et moi à Mbour. Il voulait qu’on loge à l’hôtel, nous avons préféré aller chez Marie. Les toubabs là, on ne sait jamais hein !! lol Ndiaya m’a donné la permission puisque Marie était déjà venue à Thiès. Et puis le fait que j’y aille avec Phily la rassurait. Marie n’habite d’ailleurs pas très loin de l’hôtel où logeaient Gérard et Noémie. Si je devais le décrire je dirai qu’il doit être dans la trentaine ! Oui c’est un jeune. Elancé, mignon quand même, avec des yeux marrons. Très poli, un peu timide selon Binette. Je crois que c’est plutôt nous qui l’impressionnions. On ne faisait que piailler et en wolof s’il vous plaît. C’était surtout pour éviter qu’il comprenne ce que nous disions. Le pauvre ne comprenait pas un piètre mot de Wolof. Occasion pour nous de bien parler sur lui. mdr !! Phily : wa Marie fo dieulé qui ??? Haha (Wa Marie d’où est ce que tu sors ce type ?) Binette : Outénak pa you lakh yi ma kham !! Pourtant mignon na deh ! (hum, différent des vieux toubabs que je rencontre ici. Il est mignon pourtant.) Gérard s’adressant à Marie : elles disent quoi ? Marie essayant d’étouffer son rire: oh ! Rien de spécial. Histoire de filles, Binette racontait une histoire. Gérard : ah d’accord ! Binette : ah beuss !! loumou beug mom, na wakh ba douniouko dieuw rek !! kholko yow ! dafa khonkk ba mouniou rouge !! mdr !! mais nak Marie tu auras de beaux enfants avec lui. lool Quelques minutes plus tard Noémie nous rejoint Noémie : Salut les filles ! Vous allez bien ? Nous : oui ça va. S’il y a une chose que j’aime chez les blancs, c’est qu’ils ne font pas semblant. Noémie est une fille vraiment géniale. Tout comme Gérard elle dit tout ce qui lui passe par la tête. Ce qui peut choquer parfois je l’avoue. Par exemple, le samedi soir, la maman de Marie a préparé du couscous avec de la sauce rouge bien assaisonnée. Si c’était un sénégalais, même s’il n’aime pas ce plat, il ne le dirait pas ouvertement. Bah ce n’est pas le cas des blancs. Gérard après avoir pris une bouchée du couscous a lancé un « c’est quoi ça ?? » Marie : du couscous. Tu n’aimes pas ? Gérard en déposant sa cuillère : non, je n’aime pas du tout. Ça a un gout bizarre. Phily : héhéééé ! war nala dom ! yow qui khamoul bopam deh!! Yow mi ya bizarre sa khonkay! (non mais le gars-là il se prend pour qui ? c’est toi le bizarre ici) Noémie : moi j’aime bien. Celle-là aimait presque tous les plats sénégalais. Une vraie gourmande, comme aime dire Marie. Binette : sérieux nak Marie, sa wadji xamoul fouy méti !! Marie : hé bayiléne ko ! khamouko, c’est normal k mou bagne ko (hé laissez-le tranquille. Il ne connaît pas ce plat, c’est normal qu’il n’aime pas.) Après le diner Marie lui a préparé une salade. Il se régalait. Moi : ça se voit que les gouts et les couleurs ne se discutent pas. Pour rien au monde je n’échangerai ce que je viens de manger avec de la salade. Gérard : moi je préfère cette salade. Lol Binette : Alors Gérard, il paraît que c’est la première fois que tu viens au Sénégal ? Gérard : oui ! Ma première visite en Afrique même. Phily : alors ? Pas trop déçu j’espère ? Gérard : oh non ! J’aime bien le Sénégal. J’ai visité le Pont de Fadiouth, j’ai été aux îles du Saloum, Gorée… il me reste le sud du Sénégal, la Casamance. Moi : hiiii !! fofou deh ngay téralé nak !! do gnibissi deh !! boula léré mouy sa diam !! rebelles yi danioulay boulettes nga xam ! (hii, la mon vieux tu ne risques pas de revenir. Attends que les rebelles t’attrapent ! mdr) Phily : ay Tima ! ya bonne ! Gérard me lançait un regard intriguant. Genre, tu dis quoi là ? Hum, s’il s’attend à ce que je lui fasse la traduction, il se trompe. Marie : Pour la Casamance tu iras tout seul Gérard ! Moi je tiens à ma vie. mdr !! Noémie : ooh !! arrêtez-là ! Il ne se passera rien. Peureuses !! Ah, j’avais oublié que celle-là comprend un peu le wolof. Moi : non Noémie ne t’inquiète pas c’était juste pour rigoler. Ne t’en fais pas Gérard, il ne t’arrivera rien là-bas. Je vais toucher un mot à mes parents rebelles et ils te laisseront visiter toute la région, de jour comme de nuit. lol. Le soir nous nous sommes regroupées toutes les quatre dans la chambre de Marie, Noémie était reparti à l’Hôtel avec Gérard. Moi : Dis Marie, sérieux, tu comptes sortir avec Gérard ? Marie : hum ! je ne sais pas, pour le moment il ne se passe rien. Binette : en tout cas, il m’a l’air de quelqu’un de bien, mais fais gaffe. Vas-y molo. Marie : pff ! j’en ai marre de souffrir à cause des mecs. Sérieux, celui que j’ai aimé plus que ma propre vie m’a humilié en sortant avec une gamine qui a l’âge de ma nièce. Vous n’imaginez pas ce que j’ai enduré durant cette période. Cette pauvre idiote ne cesse de me narguer depuis. Phily : mane dal les hommes, c’est à ne rien y comprendre. Cette fille, j’en suis convaincue ne vaut pas mieux que toi. Il regrettera de t’avoir fait ça un jour, j’en suis persuadée. Moi : bon ! Ce n’est pas la fin du monde en même temps. Binette : si Gérard veut du sérieux dal vas-y fonce ! C’est vers 03 heures du matin que nous nous sommes endormies. Le dimanche nous sommes tous allés à la plage. Binette, Marie, Gérard et Noémie se baignaient, Phily et moi, en vraies Thiessoises sommes restées sur la rive. Ah bah oui ! moi je ne sais pas nager nak, je l’avoue ! je suis née et j’ai grandi dans une ville où il n’y a pas de mer. Donc, je ne vais pas m’aventurer à ça pour y laisser ma vie. ma bagne. Gérard : oh les filles sérieux vous ne comptez pas toucher l’eau ? Phily : non Gérard, nioune ay adior adior laniou quoi. Bayiniou fii rek. (non, nous ne savons pas nager, laisse nous ici rek) Gérard : oh ! ne vous inquiétez pas, je vais vous guider. Allez on se lève. Moi : hiiiii, tombe des animaux ! laisse tomber rek Gérard ! je préfère vous regarder nager. Après la plage, direction le Fadiouth. Nous ne sommes revenus à Mbour que vers 21 heures. Il a fallu que j’appelle Ndiaya pour lui dire que finalement on rentre le lendemain, lundi. Gérard m’a l’air de quelqu’un de bien. En tout cas, une chose que je peux affirmer, il est galant et sait s’y prendre avec les femmes. Il ne sortait pas encore avec Marie mais si vous voyez ses gestes pleins d’attention. Un vrai toubab quoi. Le lundi matin, après un bon petit déjeuner, chacune a repris son chemin. Binette à Dakar, Phily et moi à Thiès. Deux jours plus tard, Tidiane appelle Binette. Tidiane : Vilaine ! Binette : Vieux singe ! Tidiane : lol ! ma meilleure ennemie me manque ! Binette : ndeysan ! pauvre petit Chio ! T’inquiète, je vais te confectionner une poupée Binette, comme ça tu m’auras constamment à tes côtés. Ça te vas ? Tidiane : c’est qui ton chien Binette ? Binette : Ah c’est qui la vilaine déjà ? Donc là je me prénomme Binette ? hahaha !! Allez ! Avoue que je suis la plus forte. Tidiane : c’est bon ! Tu fais quoi samedi soir ? Binette : hum ! Attends que je consulte mon agenda ! Tidiane : c’est ça ! Fais ton intéressant vas-y ! Binette : ooh, tu sais bien que j’ai un emploi du temps chargé ! Je ne suis pas n’importe qui toi aussi. Mdr !! c’est bon, je suis libre. Tidiane : cool ! ça te dit de m’accompagner à un diner de gala ? Wouuu !! Dans la tête de Binette c’était la bamboula ! Elle s’imaginait déjà avec sa robe de soirée…, elle était toute excitée, mais hors de question que Tidiane le sache ! Binette : heu ! D’accord ! Pourquoi pas. Tidiane : cool alors ! Binette en raccrochant ; dinama nex dinama nex dinama nex way ! Elle nous envoie un sms pour nous demander de nous connecter sur Skype. Binette : mes loulous ! Marie : wé grosse y a quoi ? Moi : vas-y accouche ! Binette : devinez qui va à un diner de gala samedi prochain avec Tidiane ? Phily : tiap léne ko !! dinama nex !! Binette: walay les filles! Il m’a invité et j’ai dit oui ! Marie : j’imagine que tu penses déjà à ce que tu vas mettre. Binette : Marie toi tu me connais. Je vais me dégotter une de ces robes, walay il va en avoir plein la vue ! Moi : mdr !! je te fais confiance, je sais que tu vas casser la baraque. Toute la semaine, elle n’avait que ça comme programme. Shopping, shopping encore shopping! Enfin le fameux soir arrive. Vers 21 heures, Tidiane arrive chez elle. Binette avait opté pour une longue robe bustier rose fuchsia perlé en blanc, un sac à main en stras blanc, des bijoux très simples et raffinés, de belles paires d’escarpins roses-blanc. Une vraie merveille. Faut savoir qu’elle est très fashion, la plus fashion du groupe. Tidiane: wouaw! Je suis sans voix! Tu es magnifique! Ce soir mome, tu n’es plus la vilaine. lol Binette: lol! Merci! On y va? Tidiane: c’est quand tu veux. Le diner avait lieu dans un hôtel très réputé de Dakar. On dirait que les grosses pointures du barreau s’étaient données rendez-vous. Le couple s’était installé à la même table qu’un autre couple d’avocats. Un monde qui jusqu’ici était complétement inconnu pour Binette. Mais Tidiane faisait tout pour la mettre à l’aise. L’ambiance était assurée par Yoro Ndiaye et son groupe. L’artiste préféré de Binette. Elle ne se gênait pas pour esquisser des pas de danse, assise. Ce qui n’a pas échappé à un monsieur assis pas loin d’elle. Grande fut sa surprise quand ce dernier l’invita à danser. Il l’entraîna sur la piste de danse et mademoiselle se lâcha. Lol. Tidiane était à la fois surpris et, pas très content vu l’expression de son visage. il faut que le monsieur-là ne se gênait pas hein. Vous voyez le genre qui se trémousse, se colle… Binette elle était carrément transportée par la sonorité qu’elle ne faisait plus attention au pauvre Tidiane. Ne pouvant plus supporter la scène, ce dernier se leva brusquement de son siège pour se diriger vers eux. Sans mot dire il tira Binette par le bras, l’entraînant vers la sortie. Binette : hé tu fais quoi ? Lâche mon bras Tidiane, on va où ? Tidiane : on rentre. Plus fort qu’elle, il l’avait, sans trop d’efforts dirigé vers la voiture où Binette avait pris place derrière avant qu’il ne démarre en trombe. Binette : Tidiane ! C’est quoi ces manières ? Tidiane : bonne question. Je te la retourne. C’est quoi ces manières ? Non mais t’as vu comment tu te comportais avec le gars ? Une steap tease carrément. Binette : attends, je n’ai pas bien entendu là, tu me traites de streap teaseuse ? Tidiane ne répondait pas. Peut-être qu’il venait de se rendre compte de la boulette qu’il avait sorti de sa bouche. Binette : arrête la voiture s’il te plait. Arrête cette voiture où je saute tout de suite Tidiane ! Arrête cette fichue voiture ! Cette fois elle criait. Dès qu’il a coupé le moteur, elle s’est emparée de son sac à main pour sortir de la voiture. Tidiane en a fait de même. Tidiane : tu fais quoi là ? Binette :… Tidiane : remonte s’il te plait. Binette : tu peux y aller, je prends un taxi Tidiane : non mais t’es folle ou quoi ? un taxi à cette heure ? remonte dans la voiture Binette. Binette faisant comme si elle ne l’avait pas entendu, arrêta un taxi. Mais Tidiane fit signe au chauffeur de continuer sa route. Tidiane : elle est avec moi, vous pouvez y aller. Binette : put… Tidiane tu te prends pour qui ? dis-moi ? je ne suis pas ta copine, ni ta sœur encore moins ta fille je te signale. Ok ! je fais ce que je veux. J’ai quand même le droit de danser avec que je veux quand même. Tidiane : ok c’est bon, mais t’as vu comment il te collait là ? Binette : n’importe quoi ! Tidiane : ok, je n’aurai pas dû te dire ça ! Excuse-moi. Mais s’il te plait remonte dans la voiture. Il est hors de question que je te laisse prendre un taxi à cette heure. S’il te plait. Elle est alors remontée. C’était le silence total dans la voiture. Mais Tidiane n’a pas pris le chemin de la maison de Binette. Binette : hey tu as perdu ta route ou quoi ? Je n’habite pas par là. Tidiane : je sais. Binette : et ?? Tidiane : tu verras. Quelques minutes plus tard ils étaient sur la plage de la corniche. Tidiane en ouvrant la portière à Binette : On va se promener un peu. Je ne veux pas qu’on se quitte sur cette fausse note. S’il te plait, ne fais pas cette tête, descends. Ils marchaient, l’un loin de l’autre, sur la plage. Binette était toujours fâchée. A cette heure il faisait assez frais avec son bustier. Il enleva sa veste qu’il lui tendit. Cette fois mademoiselle ne s’est pas fait prier pour la prendre et se couvrir. Tidiane lui tenait désormais la main. Après quelques mètres de marche, il vient se tenir en face d’elle. Tidiane : est-ce que tu sais que tu es très vilaine quand tu fais la tête ? On te l’a déjà dit ? Binette essayait de cacher son rire. Ils étaient là, face à face. Leurs visages se touchaient presque. Et sans crier gare, il s’était emparé de ses lèvres pour un langoureux baiser qu’elle lui rendu. Quand il a voulu tenter ça une deuxième fois, mais elle s’était dérobée. « Ramènes moi s’il te plait. » avait simplement dit Binette en marchant vers la voiture, le laissant en plant.


Lisez toute la chronique