Journal intime (14) : Que du bonheur !

Journal intime (14) : Que du bonheur !
lun. 12 sept. 2022, Journal intime, par Fatima

Ah Isac ! On ne l’avait plus revu depuis le « yendou » chez eux (Ibou et lui quoi). Mais d’après Ibou, il ne cessait de demander des nouvelles de Phily.

-MOI : ah bon ? Qu’est-ce qu’il dit ? -IBOU : il ne cesse de me parler d’elle. En fait il tient à tout savoir sur elle. Phily, Phily, Phily… je crois qu’il en pince pour elle. -MOI : hum, ce type m’a l’air d’un bon viveur « deh ! » Avec des airs de Singuila ! -IBOU : mdr, tu es folle toi. Non mais franchement c’est un type cool. Et je ne dis pas ça parce que c’est mon cousin. C’est vrai qu’il aime la belle vie mais bon, ce n’est pas un pêché quand même. Il m’a demandé de lui passer son numéro, mais je ne l’ai pas fait. Je ne sais pas si ça plairait à Phily. -MOI : hum, tu as bien fait. Et puis il sait où on habite non, il n’a qu’à passer s’il veut lui parler. Dis-lui qu’on l’invite, il passe quand il veut. « Walay » je sais que si elle apprend ce que je fais elle va me tuer, mais bon, c’est pour la bonne cause. Et puis, je prends ma revanche. Ce n’est pas elle qui a organisé ma dernière rencontre avec Ibou ? A chacun son tour ma chère. Un soir, à la sortie de l’école, Isac était là en face, adossé à sa voiture. Une belle 4X4. Il était avec Ibou. Nous on « piaillait » comme des folles. Isac sourit en voyant Phily. -MOI : Ehém Ehém ! -MARIE : regardez qui est là ! Nous sommes allées à leur rencontre. -MOI : bonjour bonsoir ! Isac en nous faisant la bise à chacune: salut les filles ça fait un bail. Arrivé à Phily, il marque une pause pour bien la relooker, je vous jure, un de ces regards qui vous met mal à l’aise. -ISAC : Phily ! Tu vas bien ? Sa bise à elle était beaucoup plus… vous voyez quoi. -PHILY : ça va et toi ? -ISAC : cool ça va. Et la petite fée, Sarah ? -PHILY en souriant : elle va bien. Toujours à faire des bêtises. Lol -ISAC : « souko nékhé », elle a tous les droits laisse-là tranquille, c’est une princesse. -IBOU : Isac a voulu vous faire la surprise. -ISAC : ouais, j’ai fini le boulot assez tôt aujourd’hui, donc j’ai décidé de passer vous prendre pour aller faire un tour Dis plutôt que c’est Phily qui t’amène oui. Pendant qu’il parlait, il la dévisageait du regard. Ouais, ouais c’est ça, vous prendre. -BINETTE : « dinama nekh. » -ISAC : On va où ? -MARIE: pourquoi pas à la plage du Terrou bi ? Depuis la semaine dernière Phily nous tympanise avec leur poisson braisé. Paraît que c’est bon. Là, le regard que cette dernière lui a lancé. Mdr !! « Marie am nga problème. » -ISAC : c’est vous qui décidez mesdames. Nous étions toutes d’accord. -IBOU : ce que femme veut, Dieu le veut. -ISAC : non plutôt ce que Phily veut… « Walay » j’adore ce mec ! Nous avons pris un taxi Marie, Ibou et moi. Binette et Phily sont montées dans la voiture d’Isac. Evidemment Phily était devant. Il lui a ouvert la portière. Ce que beaucoup de mecs sénégalais ne font pas, avouez « rek nak » !! C’était mignon « ndeysan. » Dans la voiture, Isac saisit la grosse peluche rose qui était sur le siège arrière. -ISAC : ça c’est pour Sarah. J’ai tout de suite pensé à elle quand je l’ai vu. -PHILY : merci, elle adore les peluches. Si ce n’est pas mignon ça ! Direction la plage. Nous étions bien installés. Un coin assez tranquille avec notre poisson braisé, miam, un pur délice. Isac n’avait d’yeux que pour Phily. Il ne se gênait même pas en notre présence pour lui faire des compliments. Il n’y en avait que pour elle. Une, deux il prononce son prénom. Quand on soulève un sujet, il voulait toujours avoir son avis. « Et toi Phily, qu’est-ce que t’en pense ? N’est-ce pas Phily ? Tu es d’accord Phily…» Pfff !!! « Li la gueum mane !! » Mais un caméléon comme ce Ibou. Un pas en avant dix en arrière. Tchiiiim !! Vers 19 heures nous avons décidé de rentrer. Une fois à la porte de Claudel, Ibou est monté avec nous, laissant le beau Isac avec qui vous savez. Et oui, nous sommes de vraies entremetteuses ça je l’admets. Lol -ISAC : tu as un prénom assez original tu sais. -PHILY : merci. -ISAC : un joli sourire, de beaux yeux… -PHILY : ne te gênes pas hein ! -ISAC : bon, je n’ai pas besoin de faire durer le suspense. Je pense bien que tu dois avoir remarqué que je m’intéresse vraiment à toi. J’aimerai vraiment… -PHILY : arrête s’il te plait. Je ne veux pas que tu te fasses des idées. Moi je ne suis pas intéressée. -ISAC : tu vas me dire que tu as quelqu’un c’est ça ? -PHILY : non, je ne te dirai pas ça, mais simplement que je ne suis pas intéressée. -ISAC : ok… est ce qu’au moins je peux avoir tes coordonnées ? Juste, histoire de garder le contact ? -PHILY: ok, histoire de garder le contact. Isac prit son numéro. Il était un peu déçu quand même. Il est monté pour nous dire au revoir avant de partir avec son caméléon de cousin. Mdr ! -BINETTE en s’adressant à Phily qui venait de s’asseoir sur le lit : affairage, dépêche-toi ? dépêche-toi boy ! -PHILY: « loumay affairé ?? tchiiiiip !! » -MARIE: « Ey » ne nous prend pas pour des mômes « wayow » !! Alors… alors…alors ???? Chérie Isac « Waaaay ! » -PHILY : Marie tu me redis ça je t’écrase la tête, clair ? -MOI : non mais Phily c’est bon maintenant, tu vas nous raconter oui ou non ? -PHILY après avoir bien rigolé : monsieur « deh néna »je l’intéresse « khaméwoul mom ! » -MARIE : « yow mi ya khaméwoul !! « -BINETTE : vu la façon dont il te dévorait des yeux tout à l’heure « kay » ça ne surprend personne. -MOI: et tu lui as dit quoi ? -PHILY : que je n’étais pas intéressée. -MARIE : quoi ? « moh !! » -BINETTE : pourtant tu peux essayer « deh » pour voir ce que ça donne. Tu n’es avec personne « kay ». Bon tu peux le faire languir quelques temps avant de dire oui, ça je te le concède. -PHILY : je ne le fais pas languir « deh » Binette. Je ne suis tout simplement pas intéressée. Les hommes « mom, doyna seuk ak barké. » Vous n’avez pas vécu ce que j’ai vécu « motakh ! » J’ai eu -ma dose. Hors de question de souffrir une deuxième fois. -MOI: qui te dis que tu vas souffrir ? Ils ne sont pas tous pareils ma chérie. Il va bien falloir qu’un jour où l’autre tu te trouves quelqu’un. -PHILY : Oh que si. ILS SONT TOUS PAREILS !! Je ne suis pas prête les filles, laissez tomber « way. » -MARY : dommage, vraiment. Du côté de chez Isac -IBOU : c’était sympa avec les filles. -ISAC un peu pensif : ouais ouais. Heu… dis-moi, tu connais le père du bébé de Phily ? -IBOU : non et je n’ai pas demandé. Ça ne me concerne pas, c’est sa vie. Pourquoi tu me demande ça ? -ISAC : elle m’a envoyé balader alors que je n’avais même pas fini de lui parler. -IBOU en souriant : ça ne me surprend pas vraiment. -ISAC : ah ouais ? -IBOU : J’ai deux de mes camarades de promos qui ont subi le même sort. Elle est connue pour ça à l’école. -ISAC : hum, mais moi je ne suis pas tes camarades de promos. Si elle pense en avoir fini avec moi, elle se trompe. S’il le faut je sortirai mon grand jeu. Elle m’intéresse vraiment. -IBOU : En tout cas tu as intérêt à bien te tenir avec elle. Ce sont mes protégées. Alors… -ISAC : « mes protégées » pfff ! C’est ça oui, l’amoureux fou!! Dis-moi toi, t’attends quoi pour saisir ta chance avec Tima ? -IBOU : hum… -ISAC : tu me fais rire quoi, sérieux. Ça se voit à mille lieux que t’es raide dingue de cette fille alors t’attends quoi ? -IBOU: lâche-moi « way boy! » -ISAC : depuis l’épisode Mamy je ne t’ai plus vu avec une autre. Faut savoir tourner la page mec. Au fait, t’as de ses news ? -IBOU irrité : non et je n’ai pas cherché à en avoir. Discussion close. -ISAC : ok… Le soir, le beau Isac a envoyé un sms « A cet instant je voudrais être une vague de douceur et de chaleur pour t'accompagner tout la nuit qui vient de commencer...Fais de beaux rêves. » Oulalaaaa !! Sans s’en rendre compte, mademoiselle souriait. -MARIE : hum, « Bamou sotti ! » Et elle ose dire qu’elle n’est pas intéressée ! Heureusement alors ! -PHILY : « walay » si je ne te tue pas cette nuit c’est que je ne me nomme pas Diop. Elle lui lança son oreiller et c’était partie pour une bagarre de fofolles.


Lisez toute la chronique