Une nouvelle rencontre, un nouveau baiser... Le cri d’une célibataire endurcie (7)

mer. 30 déc. 2020, Le cri d’une célibataire, par Alima

Il avait raison d’une part, et en plus c’était une manière pour moi, de savoir si avec lui je réussirais à oublier mon ALPH.

Oui, une nouvelle rencontre s'est dessinée... En effet... par ironie du sort, j’avais retrouvé une ancienne connaissance. D’ailleurs il me connaissait plus que je ne le connaissais. On s’était connu il y a 4 ans, il voulait qu’on sorte ensemble. Mais à cette période le premier qui me parlait de relation amoureuse, je lui fracassais la tête. Je n’avais pas ce temps là moi, une seule chose m’importait mes études. Et le pauvre à essuyer de ces refus. Refus que j’avais même oubliés et qu’il s’est fait un malin plaisir de me rappeler (rires). Toujours le sort, ce satané sort ! « Thiey ! ». Il s’appelle aussi ALPHA K. (rires). Il me rappelait mes actes détails par détails. - ALPHA K. : Tu te souviens comme je courrais derrière toi, et toi têtue comme tu étais, tu refusais de m’écouter. - MOI : Je suis vraiment désolée, c’est juste que je n’avais pas le temps pour une relation, ces choses là ce n’est pas pour moi. - ALPHA K. : Tu sais depuis ce jour, je n’arrivais pas à te sortir de ma tête. Je t’ai cherché partout je te jure dans l’espoir, de te retrouver. C’est pourquoi quand je t’ai reconnu… Au fait comment on s’est revu ? « Héyyy DIEU LUI là haut ! » J’étais juste vers les deux voix de Sacré-Cœur, je marchais d’un coup, je vois devant moi, juste au rond- point, quelqu’un qui me dit « c’est toi que j’attendais ». « MOUYENAME ? » Je me retourne pour voir de qui il parle. Je ne vois personne. - Non c’est bien à toi que je parle ALIMA. Mais d’où est ce qu’il me connait celui là ! Son visage me dit quelque chose mais pas plus, on dirait que je l’ai déjà vu à la télé. - ALPHA K. : tu ne me reconnais pas ? Nous étions à la Faculté des Lettres ensemble, je faisais la 4éme année quand t’était en 1ére. Ah il avait changé… Il était adossé à une belle voiture, habillé bien élégamment. - MOI : Mais c’est vrai ALPHA K., ça fait longtemps ! - ALPHA K. : Oui mais quand je t’ai aperçue… Tu sais malgré toutes ces années je n’arrive pas à t’oublier. « YA Kham !! » (Ça ne m’intéresse pas). Je n’ai pas le temps d’entendre ce genre de paroles ça suffit largement. Mais ça m’as fait quelque chose quand même, de voir que je l’ai marqué malgré toutes ses années. - ALPHA K. : Tu es mariée maintenant ? - Moi : Non - ALPHA K : Alhamdoulilah (Dieu merci) - MOI : Wa !! - ALPHA K : Pardon, pardon, ce n’est pas ce que je voulais dire, c’est juste que je me dit que j’ai une chance. Mdrrr, il m’a bien fait rire là, - MOI : Une chance ! - ALPHA K : Accorde-moi juste une chose un peu de temps, qu’on puisse parler. « KI nama dimbali » (qu’il me fiche la paix). J’ai pas son temps « way » ! - MOI : Franchement je ne peux pas, faut que je rentre là. - ALPHA K : Mais alors donne moi ton numéro, pour que je t’appelle, je t’en supplie. « Li ndakh diam la » (est ce normal ça). Je t’en supplie « nak », je lui donne mon numéro, il me propose de me raccompagner avec sa voiture je décline l’offre ! Je l’avais même oublié. Le soir vers 21h il m’appelle. - ALPHA K : Salut c’est moi ALPH K. - MOI : Oui ALPHA K comment tu vas ? - ALPHA K : A merveille depuis que je t’ai retrouvée, tu as toujours su que je t’aimais, et c’est toujours le cas, j’ai eu des relations certes, mais ça ne pouvait aboutir parque je pensais tout le temps à toi. « Shi ki mom » (celui-là), il a le don de me mettre mal à l’aise « rek ». - MOI : ALPHA K, arrêtes avec ça moi je t’ai dit que les relations amoureuses sont très peu pour moi. - ALPHA K : Alima je t’aime malgré toutes ces années, je t’aime, donne moi juste un chance de te parler de te montrer à quel point je t’aime. DIEU, mais toi là qu’est ce que tu fais là ! C’est tout ce que mon cœur avait besoin d’entendre, mais pas de cette personne là ! - ALPHA K : Je t’en supplie Alima. - MOI : Alpha K. arrête de me supplier, je suis une personne comme les autres ! - ALPHA K : Pardon excuse moi… Mon DIEU comme j’aimerais l’aimer celui là… finalement j’accepte un RV avec lui. Je propose un restau, il me dit qu’il aura peur qu’on nous dérange. Parce qu’il n’est pas un inconnu, au niveau de tout Dakar même, il me propose chez lui je refuse. Il me dit alors de choisir entre chez un de ces amis ou une ami à moi. Quel amie à moi… Pfff chez un de ses amis pas question. C’est comme si mon ALPH était partis avec ma matière grise ! - ALPHA K : Je te laisse le soin de faire ton choix. Sache juste une chose... tu me connais assez bien pour savoir de quoi je suis capable. Finalement j’accepte un RV chez lui. « awma diom » De toute façon on habitait à 30 mn l’un de l’autre, je fini alors par aller chez lui. Arrrivée là bas il m’invite à m’asseoir, me sert à boire, je repose le verre, il sourit et me dis. - ALPHA K : Je ne vais pas te drogué tu sais. Loool, ça m’a fait rire - MOI : excuses- moi. Il s’agenouille devant moi, me prends les deux mains - ALPHA K : Alima je te supplie juste de m’aimer comme je t’aime, je te jure que tu ne regrettera pas. Et là mes larmes ont failli couler, pour la première fois de ma vie, quelqu’un à failli me voir pleurer. Pas question jamais je vais les ravaler ces larmes ! - MOI : Je suis désolée, je ne peux pas… Je voyais de la douleur dans ses yeux, mais ce n’était rien comparé ce que moi je ressentais, de ne pas pouvoir l’aimer. - MOI : Il ya quelqu’un ici Et je mets ma main sur ma poitrine - ALPHA K : Tu sors avec quelqu'un ? - MOI : Non. - ALPHA K : Alors c’est quoi le problème ? MOI :… Je L’aime et j’ai mal ! J’avais toujours la tête baissé j’avais honte de toute cette douleur que je ressentais. - ALPHA K : J’aimerais le croisé sur mon chemin, juste avoir le plaisir de lui faire sa fête, Lool là je souris - ALPHA K : Quelqu’un qui fait autant souffrir une personne ne peut être qu’un monstre. - MOI : Non ce n’est pas un monstre. Je lui ai expliqué que c’était à cause d’une petite histoire de flirt etc. - ALPHA K. : Si tu veux la vérité, de ce coté là nous sommes tous pareils. On aime que les filles nous fassent certaines choses. Tout homme veux ça, mais c’est toujours notre raison qui nous différencie et aussi la force de nos sentiments pour l’autre... Pour être honnête je te désire, mais je t’aime trop pour te faire faire une chose que tu ne veux pas. Je ne pipais mot. Il mit sa main sur mon menton. - ALPHA K : Regarde moi. Je n’osais pas. ALPHA K : Alima… laisse moi juste te prouver que nous ne somme pas tous pareils. - MOI : Justement vous êtes tous pareils ! - ALPHA K : S'il te plait, fais-moi confiance. - MOI : Ce mot là je ne veux plus l’entendre ! - ALPHA : Ok, pardon... Ne me fais pas confiance, aime moi « rek ». Mdr ! Il sait même plus ce qu’il dit, et finalement on était entrain de rigoler - ALPHA K : Voilà ce que je veux te voire sourire. Tu ne ressens rien pour moi dit ? - MOI : Alpha K, je ne veux pas te blesser… - ALPHA K : Tu ne m’aimes même pas un tout petit pas ? - MOI : Bah ! Si, je t’apprécie beaucoup. - ALPHA K : Ok ! Alors laisse transformer cette estime en amour, s'il te plait. OK ! « Thiey mane», de toute façon j’ai rien à perdre tout les moyens sont bon, pourvu que j’oublie mon ALPH… - MOI : Ok ! - ALPHA K : Je peux t’embrasser ? « Ayoww ndeyssane ! » Dans la vie de tous les jours, il parait tellement confiant, alors qu’en réalité c’est quelqu’un de sensible. - MOI : Non c’est trop tôt ! - ALPHA : Mais pourquoi, vous les filles, les mecs vous leurrent tout le temps avec ça, en vous disant qu’ils vous laissent du temps alors qu’en réalité ils ne pensent qu’à ça… Il avait raison d’une part, et en plus c’était une manière pour moi, de savoir si avec lui je réussirais à oublier mon ALPH. Il s’approche alors et m’embrasse, et c’était un baiser tellement tendre, tellement doux…


Lisez toute la chronique