« Talkin, talkin, talkin », Mariame

lun. 30 nov. 2020, Mariame, par Bessy

Le jeune homme chassa toutes ces pensées dans un hochement de tête en se disant que cette partie de basket avec ses amis tombait à pic et qu’elle lui permettra de se changer les idées.

En ce samedi après-midi, Pape Aly se préparait comme à son habitude à rejoindre ses amis au terrain de basket. Malick, Assane, Joe et Pierre ont toujours été les amis de Aly, il connait certains depuis l’enfance, d’autres depuis l’adolescence et depuis qu’ils se connaissent tous les uns les autres ils constituent une bande d’amis soudée et très solidaire dont la passion commune est le basket. C’est donc après avoir lacé ses « Jordan » que Pape Aly prit congé de sa mère qui était restée à la maison en compagnie d’Olivia comme son père était parti en mission à l’étranger et que ses deux sœurs étaient toutes les deux sorties. Sur la route qui le menait au terrain, Pape croisa Mariame qui attendait son bus, il la dépassa comme il se trouvait en plein milieu de la route. Une fois devant le feu rouge il observa de son rétroviseur la jeune femme qui se trouvait assez loin de lui, il fit alors demi-tour avec l’intention de lui proposer de la déposer en cours de route pour la rapprocher davantage de sa destination. Il contourna un pâté de maison puis en cours de route il faillit changer d’avis à nouveau. « Et si elle le prenait autrement ? » De toutes les façons il ne voulait que se rendre serviable, de plus cela lui permettrait d’en savoir plus sur elle comme il se l’était promis. Arrivée à son niveau, Pape Aly se gara et baissa la vitre « Je peux te déposer ? » Mariame, qui n’avait pas vu la voiture s’approcher d’elle comme elle était tournée dans le sens opposé, lui jeta le regard sévère qu’elle réservait aux hommes qui s’aventuraient à l’aborder, mais elle baissa vite sa garde lorsqu’elle vit qu’il s’agissait de Pape Aly. « Ah Pape c’est toi… » Elle marqua un temps d’hésitation puis repoussa son invitation « Merci c’est gentil mais je vais attendre le bus qui va venir d’un moment à un autre » « Certaine ? Ca ne me dérange pas de te déposer un peu plus loin, de plus j’emprunte le même chemin que ton bus » Mariame finit par accepter non sans une certaine réticence. « Merci » fit elle tout en s’introduisant dans la voiture du jeune homme qui démarra aussitôt. Un grand silence s’installa dans la voiture, ce que Pape Aly tenta de dissiper comme il n’aimait pas mettre mal à l’aise Mariame « Degg na da guay diokh Anna cours particuliers légui (J’ai entendu qu tu donnes des cours particuliers à Anna) » lui fit il d’une voix taquine « Oh lolou dou dara ( ce n’est rien), j’ai étudié les statistiques dans le cadre de ma formation, c’était donc tout à fait normal » répondit elle « Ah n’empêche que tes explications étaient bien faites, j’ai pu voir tes schémas et raisonnements » « Merci, mais j’imagine que tu aurais fait mieux » reprit elle avec un beau sourire Ils commencèrent alors à discuter sur leurs domaines d’études. Pape lui raconta son cheminement ainsi que les différentes tâches qu’il effectuait dans le cadre de son travail. Il lui raconta l’atmosphère conviviale dans laquelle il travaillait tout en décrivant les personnalités de ses collaborateurs, ce qui eut le don de faire rire Mariame tant ses descriptions étaient caricaturales. A ce moment-là Pape Aly se retourna pour observer Mariame…Elle était si radieuse ! Il aimait le son de sa voix ainsi que l’entendre rire, Il aimait son beau sourire éclatant Il aimait voir ses beaux yeux briller de joie Mais quel était ce sentiment qui prenait de plus en plus de place dans son cœur ? Il s’arrêta de parler comme il se sentait tout d’un coup très bizarre, son cœur battait à cent à l’heure au rythme du rire de la jeune femme. A ce moment-là Rama, l’amie de Sylvia s’arrêta au même feu rouge que Pape Aly. Elle se retourna et reconnu Pape Aly qu’elle faillit interpeller dans un grand sourire, mais elle s’arrêta net lorsqu’elle aperçut Mariame toute pétillante de joie. Mais qui est cette fille ? se demanda-t-elle intérieurement. Elle les observa alors discrètement… Ils avaient l’air de si bien s’entendre Mais qui pouvait-elle bien être ? Et si Sylvia avait réellement raison et que Pape Aly en aimait une autre ? Elle hésita un moment puis décida d’appeler Sylvia sur le champs pour lui faire part de la nouvelle ( divulguer des nouvelles sans en être sûr c’est nuire à des relations et se rendre moins crédible aux yeux des autres) Ainsi elle décrocha son portable et raconta à Sylvia ce qu’elle venait de voir. Impulsive comme ce n’était pas permis, Sylvia s’emporta et décida d’appeler Pape Aly : « Tu n’es qu’un menteur, c’est qui cette fille dans ta voiture ? » « Tout d’abord bonjour » commença Aly qui commençait à s’irriter « et cette fille c’est… » « Je ne veux même pas savoir, elle n’a qu’à dégager de ta voiture car je vais lui faire sa fête » lui coupa t elle « Essaie un peu pour voir » lui répondit-il en colère Sylvia resta stupéfaite un instant « Ah par ce que tu la défends maintenant…Non mais je rêve » « Tu t’entends parler Sylvia ? Je te rappellerai quand tu te seras calmée » rétorqua Pape Aly avant de raccrocher. La voiture replongea dans un grand silence tandis que Mariame devinait bien l’objet de cet appel et qui devait en être l’auteur. « Ecoutes Pape, je n’ai pas envie de te causer de soucis, je préfère descendre de ta voiture » « Jamais de la vie, je te ramènerai comme prévu » « Pape.. » Il redémarra sans tenir compte de sa protestation, une fois qu’il l’avait déposée devant chez elle, Pape Aly reprit « Je suis sincèrement désolé pour ce qui s’est passé dans la voiture » Mariame ne répondit pas et se contenta de descendre de la voiture, pendant que Pape Aly la retenait par le bras « Mariame… » Mariame se retourna vers lui, surprise, c’était la première fois qu’elle avait un contact avec lui. Elle se souvint d’Adama et se détacha rapidement de son étreinte « Tu m’en veux ? » « Non, je ne t’en veux pas » répondit Mariame, gênée. Pape Aly la gratifia d’un sourire et lui souhaita un bon week end. Une fois qu’il avait repris la route direction de terrain, Pape Aly se sentit tout bizarre… Pourquoi ressentait-il ce besoin de se justifier face à Mariame ? Pourquoi ne voulait-il pas qu’elle lui en veuille ? Le jeune homme chassa toutes ces pensées dans un hochement de tête en se disant que cette partie de basket avec ses amis tombait à pic et qu’elle lui permettra de se changer les idées.


Lisez toute la chronique