Sur les rives du désespoir (9)

ven. 3 juil. 2020, Sur les rives du désespoir, par Safinousta

Une heure de temps plus tard, les deux amies sortaient du complexe, ce qu’elles ignoraient c’est que Cheikh leur réservait une belle surprise.

Elles franchissaient le seuil du salon quand Mayriam s’exclama ! -Mayriam : chiiiiiiihhhh ! Puce, demi-tour ! -Mina : Quoi ?demi-tour pourquoi ? -Mayriam : il ne manquait plus que lui dans le décor Mayriam tira Mina par la taille, celle-ci ripostait en vain. Une fois qu’elles fussent loin, Mina s’écria ! Mais qu’es tu entrain de faire ? -Mayriam : calme toi et écoute moi attentivement, il y a une personne là dedans que je ne suis pas du tout prête à rencontrer. Je te raconterai tout après, mais là reprogrammons rék ! -Mina : Je n’irai nulle part et qui que ce soit tu vas devoir l’affronter car je suis vraiment décidée à le faire ce massage. Please, allons y way khana nak il ne va pas te bouffer issh niou dém ! -Mayriam : bouche bée et voix aphone -Mina : alors, c’est qui ? -Mayriam : Un gars que j’ai rencontré il ya de cela 5 ans quand je faisais mes traitements et que j’ai revu récemment à la plage -Mina : Et…… ? Il t’a fait la cour ? -Mayriam : non pas expressément, il est juste trop aimable. Il voulait me revoir et m’a même donné sa carte de visite. -Mina : Lol je vois ! juste ça et tu trembles déjà en l’apercevant. Tu ferais quoi quand il t’aura pour lui seul ? C’est clair qu’il t’es pas indifférent. Sinon tu ne saurais pas dans tous tes états. -Mayriam : oui vas y railles autant que tu peux ! Ton heure viendra, fi ma lay kharr soriwoul -Mina : allez nak, « noues bien ton courage » niou dém ! -Mayriam : Ok on y va mais tu me le paieras, comptes sur moi Quelques minutes plus tard, elles revinrent sur leurs pas et se dirigèrent directement vers les escaliers. C’était en fait, un complexe doté d’un salon de coiffure et d’une salle de massage située au premier niveau. Cheikh les vit traverser et guettait un salut de la part de Mayriam, mais cette dernière s’éclipsa, il aurait juré qu’elle l’avait bien vu, mais décida d’entrer dans son jeu. -Mayriam : ouf ! on l’a échappé belle ! -Mina : sérieusement tu en fais trop cocotte ! Ne me dis pas que Momar a inhibé toute ta sensibilité, tes canaux sensitifs sont bouchés hein ? sa yaram dou sakh frissonner touti devant autant d’attrait, refile lui mes coordonnées moi ça me tente de le captiver, même si c’est pour avoir qu’un petit clin d’œil de sa part. -Mayriam : wa yaw deugueur nga fiit dé, koula bayi ? mane batay je ne t’ai pas encore montré le gars -Mina : pas la peine, ne crois pas que tu l’aies échappé rék, je l’ai bien épié, il te lorgnait depuis notre entrée. Ca a son avantage de porter des lunettes de soleil. -Mayriam : rakadiou dé nga déf mais bakhna ! Une heure de temps plus tard, les deux amies sortaient du complexe, ce qu’elles ignoraient c’est que Cheikh leur réservait une belle surprise.


Lisez toute la chronique