Qu’ont décidé Nafi et son Prince de la grossesse ? Chronique de Nafi (15)

jeu. 12 août 2021, Chronique de Nafi, par Barbie

On était là chacun dans son coin à se regarder. On aurait dit qu'on était muets. J'étais triste, j'étais mal et j'étais en colère. Contre qui ? Moi même surement. Je n'étais vraiment pas prête vous savez.

Enfin c'était quand même moi ! Mon seul souci chaque jour était de savoir ce que j'allais mettre, quel nouvelle robe ou nouvelle chaussure acheter, quel vernis mettre avec ce que j'avais porté ? Et vous voulez que je m'occupe d'un bébé ? Et avec quels moyens d'ailleurs ? Et si papa me tournait le dos ? Et maman aussi si elle ne voulait plus de moi ? Qu'est ce que j'allais faire ? Je me posais 150 mille questions. En plus je ne savais même pas si je devais l'aimer ce bébé. La vie s'acharnait vraiment sur moi. - Prince: On fait quoi ? - Moi: Je ne comprends pas. - Prince: Avec ce bébé ? On fait quoi ? - Moi: Tu veux quoi toi ? - Prince: Je n’en sais absolument rien de ce que je veux. Tout ce que je sais c'est que ma copine est enceinte. - Moi: Écoute moi non plus je n'en sais rien. J'ai eu 17 ans hier et aujourd'hui j'apprends que je suis enceinte alors, perdue oui je le suis. Je ne sais pas quoi faire. - Prince: Et les parents ? Ils vont nous tuer ! Mon Dieu qu'est ce qu'on a fait pour mériter ça ? - Moi: On a fait l'amour! C'est tout. - Prince: On fait quoi maintenant ? On le garde ? - Moi: Il y a peut être une autre option ? - Prince: Oui il y en a une autre. Tu peux avorter ? - Moi: (J'avais juste envie de lui mettre une grosse claque à cet imbécile) AVORTER tu dis ? Tu veux dire que je peux tuer mon bébé c'est ça ? Ça ne te suffit pas de me mettre en cloque tu veux que j'avorte ? Que je tue ? T'es humain Prince ? C'est mon bébé et personne n'y touchera c'est claire ? Si tu ne peux pas assumer, casse toi mais plus jamais tu me reparles d'avortement idiot. - Prince: Calme toi c'était juste une question. Je veux savoir ce que tu veux merde. Je ne veux tuer personne mais ton choix sera le mien. Et ce n’est pas ton bébé c'est aussi le mien. Alors les décisions on les prend à deux Fina ! - Moi: Je ne veux pas c'est tout ! - Prince: Tu ne veux pas quoi ? - Moi: Je ne veux pas avorter. C'est clair que c'est trop tôt et que le mal est déjà fait mais j'assume. Je suis prête à assumer. Le reste viendra tout seul. - Prince: Viens là. (J’étais assise sur lui et je ne pouvais pas m'arrêter de pleurer). Tu es vraiment prête ? - Moi: Non mais on avisera. J'ai peur c'est tout. - Prince: Si tu le veux ce bébé moi aussi je le veux. - Moi: Tu penses qu'on ferait de bons parents ? - Prince: On verra bien. Tu ne sais rien faire jeune fille. J'aurai peur si j'avais une maman comme toi. - Moi: Et le pire c'est que t'as raison bon sang ! Et si je n’y arrivais pas ? - Prince: On y arrivera. Mais ce qu'on oublie c'est les parents. Ils seront tellement déçus bébé. Et ton père ? Il ne nous pardonnera jamais ça ? - Moi: Tu crois que j'y ai pas pensé peut être ? On verra en temps voulu je ne veux pas encore y penser. - Prince: Ok maman. En attendant il faut que tu voies un médecin. Après on verra. Et n'en parlons pas encore aux autres. - Moi: Mais tu oublies que je dois partir avec les filles dans deux jours au Maroc ? - Prince: Mais tu sais bien que tu ne peux pas dans cet état là. Tu ne peux pas partir Fina ! - Moi: Et tu veux que je fasse quoi ? - Prince: Je ne sais pas moi. Invente un truc. Dis leur que t'es malade ? Et puis ma sœur est là-bas et tu sais que rien n'échappe à Mami. - Moi: Je comprends mais si je fais la malade mon père voudra que j'aille à l'hôpital et il saura tout. Prince: Tu n'auras qu'à dire que ton frère t'a déjà amené. Il suffit juste que le médecin t'interdise de voyager. Juste un repos médical. - Moi: On verra bien. - Prince: Faut que t'y aille demain au plus tard. Profite du fait que ton père ne soit pas là demain et c'est réglé. - Moi: Ok, ok, c'est bon. - Prince: Ok et demain on ira voir un gynéco et je connais un médecin qui pourra te faire un certificat médical. - Moi: Ok c'est bon. - Prince: Va te débarbouiller maintenant et on sort d'ici avant que les autres ne se posent des questions. On était sortis et j'avoue que sa m'avait fait du bien d'en parler. J'avais un poids en moins. Même si le plus dure était à venir je savais que je n'étais pas seule. Qu'il serait là quoi qu'il arrive. On faisait comme si de rien était. On commentait la fête de la veille et tout le monde voulait savoir si j'allais mieux. Mon père était venu nous rejoindre au salon et en le regardant tout heureux entrain de discuter avec nous et de rire j'avais juste envie de me pendre. Mon Dieu j'allais lui arracher ce si beau sourire à mon pauvre papa. Il serait si déçu, si triste. Il n'avait vraiment rien fait pour mériter ça. Je suis allée me mettre dans ses bras en me disant que ce serait surement une des dernières fois qu'il m'accepterait. Je m'imaginais tout ce que j'allais perdre pour une petite bêtise. Mais il était hors de question d'avorter. Ce bébé n'avait rien demandé. Le lendemain Prince m'a réveillée vers 8h. Il avait pris rendez-vous chez un gynéco et il voulait lui même m'emmener. Le médecin avait confirmé la grossesse et j'avais décidé de continuer mon suivi là bas. Il m'avait prescrit quelques médicaments et m'avait demandé d'en parler aux parents parce que le stress n'était pas du tout bon pour le bébé mais je n'étais pas prête pour ça ! Il m'avait demandé de revenir si quelque chose n'allait pas mais normalement on se verrait à mon 3eme mois de grossesse. On est ensuite allé chercher un certificat médical pour pouvoir expliquer le fait que je ne puisse pas voyager. Prince avait acheté tous les médicaments et faisaient tout le nécessaire mais il ne décrochait pas un mot. C'était sans doute la peur qui faisait son effet. Il m'avait déposé à la maison et je devais appeler mon père pour lui dire que je ne pourrais pas partir au Maroc, et les filles aussi. - Moi: Allo papa ! - Papa: Oui Nafi - Moi: Je suis malade là. Je ne me sens vraiment pas bien - Papa: Qu'est ce que tu as ? Dis à Papi de t'amener ici je te ramènerai voir le médecin. - Moi: Non ce n’est pas nécessaire. Je voulais juste te prévenir mais j'ai vu un médecin. Je ne voulais pas déranger. Je fais un début de palu il m'a conseillé de ne pas voyager. J'ai l'ordonnance avec moi. Le seul problème c'est que je ne pourrai pas aller au Maroc demain. - Papa: C'est sans importance ça. Tu pourras y aller quand tu veux. Donne à Papi l'ordonnance et il va t'acheter ça. Je ferai tout pour rentrer tôt ce soir. - Moi: Ok papa. Bisous En raccrochant je vois un message de Prince. « Bébé c'est trop tôt ça. Je ne me sens pas de taille à affronter tout ça. Du moins pas tout seul. Je vais en parler à mes parents ». Mais il a perdu la tête ou quoi lui ? S'il le dit à ses parents mon père le saura aussitôt. Il n’a pas le droit de me faire ça quand même. Pas maintenant. Je le tue s'il fait ça !


Lisez toute la chronique