Nadège... encore une confrontation !

lun. 17 août 2020, Nadège, par Bessy

Sur ce, elle sortit de la voiture avec humeur, après avoir souhaité une bonne soirée à Mansour. Elle se dirigea alors prestement vers la porte de sa maison dans laquelle elle s’introduisit, au même moment où Bra venait d’arriver.

Diarra vérifia une dernière fois si toutes les portes de son atelier étaient bien fermées, après cet ultime contrôle elle éteignit les lumières et sortit de son lieu de travail. Elle rentrait tard ce soir car elle n’a eu que l’après midi pour se consacrer pleinement aux commandes qu’elle avait reçues et qu’elle devait honorer au plus vite . En effet depuis son défilé, elle connaissait un grand succès auprès des créateurs qui voulaient collaborer avec elle dans le cadre de la mise en place de collections communes ainsi que de certaines célébrités qui désiraient qu’elle leur crée et confectionne des robes de cocktail et des tenues de scènes originales,Ce qui lui a valu une tonne de rendez vous avec ses fournisseurs et partenaires le matin même. C’est en pensant aux belles opportunités qui se profilaient devant elle qu’elle sortit de son atelier, mais elle fut vite sortie de sa rêverie car on venait tout juste de l’interpeller « Diarra !» Pourtant elle n’attendait pas de visite à cette heure tardive, qui cela pouvait il bien être ? Ce ne pouvait être Bra car ils avaient convenu de se voir chez elle, à moins qu’il lui aie fait une surprise, mais ce n’était pas sa voix, pourtant cette dernière lui semblait familière. Elle se retourna alors et reconnut la voiture garée de Mansour, à laquelle il était lui même adossé.Il lui fit un signe de la main lui demandant de se rapprocher. Cette dernière, surprise de la visite inopportune de Mansour, allait dans sa direction pour le saluer.Il semblait qu’il l’attendait depuis un moment…où peut être passait il juste par là et, ayant remarqué les lumières de l’atelier allumées, voulait-il tout simplement lui dire bonjour. « Dis donc tu finis bien tard ce soir » lui dit il d’un ton enjoué, tout en pointant sa montre du doigt. -DIARRA, lui tendant la main : Comment vas tu ? C’est vrai j’avais beaucoup de travail aujourd’hui. Mansour s’emparant de sa main, la tira légèrement vers lui, ce qui rapprocha Diarra qu’il embrassa sur la joue. -MANSOUR, amusé par l’expression surprise de Diarra : Je vois ça oui ! Il contourna alors la voiture et ouvrit la porte du passager et invita Diarra à entrer dans la voiture. « Il se fait tard et je n’aimerai pas te voir prendre un autre moyen de transport, en plus tu es seule » « Merci c’est gentil de t’inquiéter mais je pourrais me débrouiller toute seule » -MANSOUR, affichant un visage inquiet : Je ne te le recommanderai pas par les temps qui courent…Je me soucie juste pour toi Diarra…n’y vois rien d’autre Rassurée par ces propos, Diarra accepta l’invitation de Mansour qui lui sourit tendrement tout en tenant la portière ouverte qu’il referma ensuite sur elle avant de rentrer à son tour dans la voiture qu’il démarra aussitôt après. -MANSOUR, se tournant vers elle tout en lui offrant son sourire le plus charmant : Alors comment va la star ? -DIARRA, en riant :" Mane douma star dé" ! -MANSOUR, taquin : Pourtant tu étais à la UNE de plusieurs journaux le lendemain de ton défilé," médias ya gui ley weur han !" -DIARRA, hochant la tête :"Weurougnouma dé", ils ont juste apprécié mon travail -MANSOUR : En tout cas j’ai gardé tous les journaux dans lesquels tu apparaissais, archive leu! ! Diarra se contenta de lui sourire. Après un long moment de silence pendant lequel Diarra se demandait si elle avait bien fait d’accepter l’invitation de Mansour, ce dernier reprit : « Et ça se passe bien avec Bra ? » DIARRA, qui ne put s’empêcher de sourire à l’évocation du prénom de Bra : Oui, ça se passe bien, d’ailleurs je devrai les voir ce soir. Mansour garda le silence pendant un moment, l’expression de Diarra à l’évocation du prénom de Brahim ne lui plaisait pas trop et le rendait un brin jaloux. -MANSOUR, cachant son agacement : Tant mieux alors.. Mansour garda le silence pendant tout le reste du trajet car il se sentait assez remonté, Bra l’énervait décidément, il se sortait de son problème en ayant sous sa manche Diarra et Nady, c’était injuste ! Pourquoi n’avait il pas eu cette chance avec Diarra lui aussi ? Il se sentait vraiment révolté. Ils étaient arrivés maintenant devant la maison de Diarra, Mansour se retourna alors vers elle : « En tout cas fait bien attention à sa relation avec Nady » -DIARRA, déconcertée : Comment ? -MANSOUR : Fais attention à Bra et Nady. -DIARRA, un brin agacée : Okay, merci de m’avoir déposé, rentre bien ! -MANSOUR, retenant Diarra par le bras : Attends, c’est juste un conseil, ne le prends pas mal, je ne veux juste pas te revoir souffrir. -DIARRA, hochant la tête au souvenir douloureux que lui rappelait Mansour : De toute façon vous agissez de la même manière ! Sur ce, elle sortit de la voiture avec humeur, après avoir souhaité une bonne soirée à Mansour. Elle se dirigea alors prestement vers la porte de sa maison dans laquelle elle s’introduisit, au même moment où Bra venait d’arriver. Ce denier avait vu Mansour déposer Diarra chez elle et il se demandait ce qu’il avait bien pu lui dire en la retenant par le bras. Il se dirigea alors vers la voiture de ce dernier, qui était resté là à réfléchir tout en observant la maison de Diarra. -BRA, arrivant au niveau de Mansour, avec humeur : Tu ne veux donc pas la laisser tranquille ? -MANSOUR, étonné dans un premier temps, laissa lui aussi échapper la colère qu’il avait contenu pendant tout le trajet: Je la laisserai tranquille quand je le souhaiterai, aucun conseil à recevoir de toi ! -BRA : Je te le répète une dernière fois, cesse de rôder autour d’elle sinon tu auras affaire avec moi -MANSOUR : C’est ce qu’on va voir, en attendant, si j’étais à ta place je serai plus prudent, tu es dans une situation bien délicate et sache que je ne vais pas lâcher l’affaire non plus ! Sur ce Mansour démarra en trombe, laissant un Bra bien perplexe, Qu’est ce que Diarra faisait avec Mansour à cette heure ci ?


Lisez toute la chronique