Des routes bien différentes qui se croisent...à l´université, Mariame (6)

mer. 23 sept. 2020, Mariame, par Bessy

Mais voilà que depuis une semaine maintenant un groupe de jeunes filles très « in » de sa promotion se rapprochaient d’elle et tentaient d’établir des liens d’amitié avec elle.

Comme tous les jours depuis la rentrée universitaire, Lalah rentrait chez elle tard le soir après avoir terminé les cours à la fac. Elle était souvent exténuée en rentrant chez elle car la distance entre l’université Cheikh Anta Diop et son domicile qui se trouvait en banlieue dakaroise était assez longue, elle devait donc effectuer plusieurs correspondances avant d’arriver chez elle et la circulation étant peu fluide, il lui arrivait d’effectuer jusqu’à une heure trente de trajet. C’est donc la mine bien fatiguée qu’elle franchit la porte de leur appartement et qu’elle se rendit dans le salon où elle salua sa mère qui était occupée à enfiler des colliers de perles en compagnie de Mariame et de thiaat qui était blotti tout contre sa sœur. Elle se rendit ensuite dans la cuisine prendre un rafraîchissement comme elle sentait le besoin de boire quelque chose de sucré et y trouva sa petite sœur Aicha qui était en charge du repas de cette semaine, elle la salua et dés qu’elle eut finit elle se dirigea vers la chambre qu’elle partageait avec ses deux sœurs. Lalah referma la porte derrière elle et s’effondra sur le lit. Elle serra très fort contre elle l’un des nombreux coussins qui ornaient le lit. Bien plus que de la fatigue, Lalah se sentait un brin frustrée… Frustrée, humiliée, voilà tout ce qu’elle ressentait en ce moment. Les choses avaient beaucoup changé dans sa vie depuis son entrée à l’université, pensa elle. Avant, tout était tellement plus simple, et cela sur tout les plans : elle avait son fidèle cercle d’amies avec qui elle partageait tout sans complexe : - Ses amies sincères qui lui ressemblaient, avec qui elle avait grandi et qu’elle connaissait par cœur, et dont elle n’éprouvait aucune crainte à partager les aléas de sa vie ainsi que ses petits soucis d’adolescente comme elles vivaient souvent des cas similaires. - Ses amies fidèles à qui elle pouvait se confier car elle savait qu’elles l’écouteraient d’une oreille attentive et lui apportaient inconditionnellement tout leur soutien sans pour autant la juger, des amies qui se préoccupaient d’elle, tout simplement ! - Des amies avec lesquelles elle pouvait naturellement discuter de tout et de rien sans arrière pensée. Elle avait l’impression que ces temps étaient bien révolus et étaient bien loin derrière elle et elle avait bien du mal à se faire à la situation actuelle. En effet, Lalah se sentait souvent diminuée et contrariée par son nouveau cercle de « camarades ». Lalah, bien qu’étant curieuse était également de nature très réservée et depuis sa tendre enfance elle ne se rendait en ville que pour faire quelques petites courses, elle était plutôt cantonnée dans sa petite banlieue où elle avait suivi ses cours primaires et secondaires jusqu’à l’obtention de son bac, jamais elle n’a eu à côtoyer un milieu différent du sien, ni des personnes différentes d’elle. Aujourd’hui la voilà confrontée à d’autres individus qui étaient parfois bien différents d’elle. Bien que leurs point commun était l’unique recherche du savoir, elle commençait à bien percevoir et ressentir les différences sociales entre eux. Au début, cela ne la gênait nullement comme étant de nature réservée et timide avec les inconnus, elle préférait se concentrer sur ses cours et se contenter d’avoir des relations cordiales avec les membres de sa promotion. De ce fait, tout le monde connaissait Lalah par son sérieux dans ses études, par son travail de qualité comme c’était une brillante étudiante et par sa discrétion ; On la remarquait à peine dans la salle de classe et dans les amphis et bien qu’étant dotée d’un très beau physique, qu’elle se gardait par ailleurs d’arborer partout comme elle était très simple et pudique, elle se faisait très rarement aborder car elle avait cette réputation d’être une fille très sérieuse qui n’était motivée que par les études. Elle était souvent accompagnée de Madior, un jeune homme de sa promotion qui était lui aussi très passionné par ses études et qui se montrait très prévenant et gentil à son égard, on leur supposait même une relation amoureuse mais Madior était un fidèle ami et binôme de choix dans ses révisions et ils s’entraidaient mutuellement . Mais voilà que depuis une semaine maintenant un groupe de jeunes filles très « in » de sa promotion se rapprochaient d’elle et tentaient d’établir des liens d’amitié avec elle. Ces filles étaient les stars de l’université, elles étaient belles, audacieuses , elles s’habillaient bien, parlaient bien, fréquentaient du beau monde et couraient les soirées hype du « Grand Dakar ». L’une d’entre elles était également mannequin, en effet elle l’a tout de suite reconnue pour avoir souvent feuilleté les pages de journaux people de la place et y avoir souvent vu ses photos. Aussi, le prénom de cette jeune fille ne lui échappait pas car tout le monde dans sa promotion ne parlait que d’elle et il lui arrivait souvent d’avoir échos dans les couloirs de l’université des intarissables éloges sur le physique de cette jeune fille. Ces filles étaient tant convoitées à l’université ! Tout le monde voulait les approcher mais elles avaient leur cercle fermé et sélect d’amis et n’aimaient pas se mélanger aux autres. Ces filles qui étaient souvent absentes en cours se tournaient constamment vers elle pour prendre les cours qu’elle notait méticuleusement et qu’elle leur prêtait gentiment. Elles se montraient très sympathiques à son égard et aujourd’hui elles avaient même déjeuné ensemble ! En pensant à leur déjeuner, Lalah serra encore plus fort le coussin qu’elle avait toujours entre les mains, elle se sentait en colère contre elle même ! Puis ses pensées s’en irent vers cet après midi dont elle se remémorait chaque instant. Estimant qu’elles resteraient à l’université, Lalah s’était dirigée vers la cafétéria sous leur regard étonné avant que Fama, dite « Fafa » émit un rire moqueur avant de lui dire d’une voix pleine de dédain qu’elles ne mangeaient pas là car il y avait trop de monde et qu’il y avait des « gens avec qui elle ne voulait pas se mélanger». Elle sortit alors son portable dernier cri et composa un numéro et quelques minutes après un beau et riche jeune homme qui étudiait dans une prestigieuse école privée d’enseignement supérieur dont on reconnaissait le bel uniforme fit irruption dans une luxueuse voiture. Ils les emmena alors dans un charmant restaurant qui se trouvait en ville et c’était bien la première fois qu’elle se rendait dans un lieu aussi luxueux car à part les quelques fast food où elle avait l’habitude de se rendre avec ses amies, Lalah ne s’était jamais attablée dans un restaurant, c’était une première ! Elle se sentait un peu gênée face à ses camarades qui se mettaient à l’aise, comme si elles étaient des accoutumées aux lieux. Elle eut du mal à cacher sa gêne comme elle baissait constamment ses yeux lorsque ce jeune homme qui les invitait s’adressait à elle. Lorsque la serveuse leur présenta le menu ce fut pire car face à la multitude de plats dont certains avaient un nom inconnu elle se sentait très, très mais vraiment très petite par rapport à ses camarades qui choisissaient des plats aux noms qui venaient d’ailleurs, elle se contenta alors de prendre le plat le plus abordable possible et dont elle connaissait bien la composition. Lorsque la serveuse se présenta à nouveau pour prendre leurs commandes et que Lalah énonça son plat, ses camarades se regardèrent d’un air entendu et pouffèrent de rire tandis que Malal, le jeune homme la regardait d’un air attendri et lui dit qu’elle pouvait prendre un autre plat plus « consistant », mais Lalah ne se laissa par faire et remercia poliment Malal avant de lui dire qu’elle conservait ce plat sous le regard ahuri de ses trois nouvelles copines.


Lisez toute la chronique