Alima ne veut plus entendre parler d'amour. Le cri d’une célibataire endurcie (40)

lun. 12 avr. 2021, Le cri d’une célibataire, par Alima

Ah là il m’a vraiment fait rire ! Pour qui il se prend lui, le plus beau, le plus intelligent, celui à qui on ne peut pas résister ? Tchiip... Hé bien justement je vais lui montrer que je suis capable de tourner la page, de passer à autre chose.

Alors mot pour mot je lui ai rétorqué : « Loool, je l’espère mon amour ! J’espère ne plus rencontrer, un homme comme toi. Je mérite quelqu’un de meilleur. Cette fois je suis sûre qu’il m’aimera comme je suis. Un conseil essaye d’être plus humble et moins catégorique, bisous, bisous. » Je sais ! Un peu cruel mais c’était le but, avec lui je découvrais qu’il fallait être souvent cruel pour se prémunir. Je le connaissais maintenant bien, j’étais certaine qu’il donnait des poings contre le mur ! Mdrrr, je m’en fiche. Pfff... c’es bon ! Dans le fond j’ai très mal de lui faire subir cela. C’est vrai qu’il n’est pas si cruel que ça... mais je veux juste me protéger. Au moins je peux me consoler d’avoir changé certaines choses chez lui, comme insulter, jurer, trop vite s’énerver. Mais bon l’autre n’aura qu’à en profiter. Moi je me préfère à lui quand même ! J’estime avoir le droit d’être heureuse. Ces folles qui à la moindre occaz essayaient de me caser… Lors de l’anniversaire de Coumba, nous avions juste fait un petit Yendou prolongé entre nous ("siss rek lol"). Mais il y avait aussi le copain de Coumba, mon deuxième chéri<3 et un autre gars c’était un ami de SODA. On nous a présentés et tout, je ne comprenais pas trop ce qu’il faisait là bas puisqu’il n’y avait que SODA qui la connaissait. Ouzin il s’appelait. - OUZIN : J’ai beaucoup entendu parler de toi, enfin je te rencontre ! Lol. - MOI : Lol... il faut pas croire à tout ce que Soda dit "dé. Daf ma sonal" (elle m’embête trop). - OUZIN : Lol, t’inquiètes elle ne dit que du bien de toi… - MOI : Justement c’est ce qui m’inquiète..Lol. Nous discutions tranquille... il avait l’air cool en plus comme c’était une connaissance à SODA. Au Moment de rentrer, le gars veut me payer le taxi, je refuse poliment (désolée "sékougnouko khamoumako" ! Je ne le connais pas). Si c’était juste pour être gentil, il aurait pu payer le taxi de Soda …mais il ne l’a pas fait. Quand il est parti… - SODA : Pourquoi t’as pas accepté qu’il te paye le taxi ? - MOI : Mais je ne le connais pas, pourquoi j’accepterais ? - SODA : "Yaw vrai dof nga", t’es malade, tu vois pas que s’il est là c’est pour toi. - MOI : Han ? Répète ? - SODA : Pff... je lui ai tellement parlé de toi. C’est pourquoi j’ai décidé de l’emmener à l’annif. de Coumba ! - COUMBA : "Yaw sama anniversaire dé nga wakh" (c’est le mien !). Et tu invite un gars je ne connais même pas ! "Ma ko fan dé" (je l’adore), mdrrr ! - MOI : "Yow da nga ma yap khana" (tu te fiches de moi), tu sais que je déteste ça ! - SODA : En tout cas je lui ai donné ton numéro et il va t’appeler ce soir… - MOI : SODA ?! De quel droit tu donnes mon numéro à n’importe qui ? - SODA : Ohooo c’est pas n’importe qui ? A chaque fois que je te demande la permission pour donner ton numéro à quelqu’un, tu refuses, je ne demande plus voilà ! Qu’est ce qu’il y a tu va rester là à te morfondre jusqu’à quand ? - MOI : Mais c’est ma vie ou pas ?! "Togne nga ko dé" (tu lui crée un gros problème) et tu sais bien de quoi je parle ! C’est bon il est venu voir la marchandise ça lui va ! - SODA : "Yaw da nga rew", il cherche du sérieux, il veut une épouse… - MOI : Il n'a qu’à t’épouser pendant que t’y es ! Hé ciao je rentre(en m’adressant aux autres qui nous attendaient tranquillement finir, lol). - COUMBA : "Paré nguene film bi diekhna !" (vous avez fini !) Je m’éloignais d’elle pour prendre un taxi. - DJENABA : MDRRR... Soda est une maquerelle maintenant ! TOI nous fatigue pas (s’adressant à moi), tu ne veux pas, "diare na" crise ! Je les ai laissées parloter… je ne calculais même plus. - MOI : A soda… "yaw mom" dis à ton ami de ne même pas m’appeler. Les autres qui ricanaient.... - SODA : "Hé braaaa" ! lol Hun ! Le soir OUZIN qui appelle, je n’y vais pas par quatre chemins. Après les salutations, il commence dans son délire.. J’avais hâte de faire ta connaissance, et je ne regrette pas… - MOI : OUZIN je n’ai rien compris de ce qui c’est passé durant cette journée. Mais je crois qu’il y a un mal entendu. - OUZIN : Ah bon ? Comment ça ?! - MOI : Je suis désolée mais je crois que SODA et moi nous sommes mal comprises, je ne suis pas intéressée par une relation. IL est resté là à insister, je lui dit que j’étais sérieuse et que j’étais pas intéressée (en passant c’est bizarre Sénégal, quand tu dis à un homme je ne suis pas intéressé il se dit c’est juste pour ce faire désirer…mais ça va venir pfff...). Depuis Soda ne s’y ai plus essayer. Mais comme "amoul diom" (vergogne zéro), elle me demande la permission de donner mon numéro…en vain ! Elles n’ont qu’à abandonner, moi je me suis faites une raison… l’amour ce n’est pas pour moi. Je vais juste tenter de reprendre ma vie d’avant Alph. Peut être un pas vers la guérison, en tout cas ça allait de mieux en mieux. Heu enfin après ma seconde déprime je veux dire… Pire que la première durant à peu prés deux semaines 5kg fuient dans la nature et on m’avait surnommé « baguette »…. Lol, je pensais toujours à lui, j’avais toujours autant mal mais youpiiii... je ne pleurais plus ! (Désolée, walahi j’étais contente). Je vivais ma vie qui se résumait à mon job et à être de temps en temps avec mes amis. Un mois, deux mois, j’essayais de reprendre ma vie en main. Mon poids revenait à la normal. On me disait «Alima légui da ngay khessal ! » (Tu t’éclaircis la peau !). Nonnn, juste que je me sens bien, sereine !! Un vendredi, alors que j’étais en centre ville. Je marchais hâtivement comme à mes habitudes, toujours pressée Alima ! Jamais de temps à perdre, celle là j’avoue qu’elle m’avait manqué ! Lol... de surcroit Alima en tenue traditionnelle, foulard de tête et tout… "wané rek thiey" ! Je marchais tellement vite, alors un gars fait irruption devant moi. Comme il sortait du magasin d’à coté, je le calcule pas je me dis ce n’est pas fait exprès j’essaie de le contourner il me barre la route. « Excusez-moi, mais j’ai toujours rêvé d’une femme comme vous. » HUM HUM….j’espère que vous ne somnolez pas….vitesse GRAND V !!!


Lisez toute la chronique